• Va’a « Hawaiki Nui Va’a » : Qui pour rivaliser avec Shell Va’a ?

    Vendredi 24 octobre 2019 – Nous sommes à quelques jours de la plus grande course de va’a au monde : Hawaiki Nui Va’a. Cette course prévue en 3 étapes prendra son départ le mercredi 30 octobre 2019 de Huahine pour rejoindre Raiatea et ses 44,5 km, puis s’élancera de Tahaa pour 26 km et enfin se terminera après 58 km sur Bora-Bora le vendredi 1er novembre 2019. Des rameurs des quatre coins du monde se donnent chaque année rendez-vous pour cette course mythique.

    Le Hawaiki nui va’a a pris son envol en 1992 avec son édition inaugurale et en sera donc à sa 28ème édition. Seuls 12 clubs ont inscrit leur nom sur la plus haute marche du podium : Faa’a, Tamarii Faa’a Te ‘ui vaa, Fareara, Maitai shell, Pirae, Tepaetia, Ra’i, Shell, Team OPT, EDT et Paddling Connection. Attention toutefois, Maitai Shell a changé de nom pour devenir Shell Va’a, tout comme Faa’a qui est devenu Tamarii Faa’a. Ce qui devrait ramener le nombre de vainqueurs différents à 10.

    C’est Edouard Maamaatuaiahutapu, le président de la Fédération Tahitienne de Va’a au début des années 1990 qui est à l’origine de la création de cet événement. Pour la petite histoire, le parcours fut « essayé » par quelques clubs en 1991.

    L’édition inaugurale avait lieu en 1992 qui a vu la victoire incontestée de Faa’a, qui récidiva en 1993. En 1994, c’est Te ‘Ui Va’a jusque là deuxième qui monte sur la plus haute marche du podium et qui réussit à couper la passe de trois de Faa’a.

    En 1995, Faa’a retrouvait la plus haute marche du podium avec un départ très contesté par Fareara (2ème) ce qui valut d’ailleurs une suspension de deux ans de l’emblématique président de Fareara : Stephen Itchner.

    C’est en 1996 que pour la première fois un club des îles remportait la prestigieuse Hawaiki nui vaa avec Fareara. En 1997, Faa’a remportait de nouveau la course. En 1998, avec la victoire de Pirae, le politique s’en mêle. En effet, Gaston Flosse est derrière l’équipe de sa commune.

    En 1999, bis repetita pour Pirae qui en plus place sa deuxième formation à la deuxième marche du podium, du jamais vu.

    En 2000, Pirae alors grand favori se fait battre par l’équipe de Tepaetia de Rangiroa mais avec des rameurs basés à Tahiti. En 2001, Pirae récupère son titre. En 20O2, c’est l’équipe d’Albert Moux, Maitai Shell, qui s’impose faisant entrer le Hawaiki nui va’a dans l’ère du « professionnalisme ». En 2003, on retrouve la mythique baleine de Fareara aux avant-postes. 2004 sera l’année de Ra’i de l’emblématique Lewis Laughlin.

    C’est à partir de 2005 et jusqu’en 2008 que démarra l’hégémonie de Shell va’a qui remporta quatre fois d’affilés le Hawaiki nui vaa. Ce fût d’ailleurs une première. En 2009 et 2010, le Team OPT réussit un très beau doublé qui seront d’ailleurs les seules victoires du club. En 2011, Shell vaa retrouve son titre avec un énorme changement au classement puisqu’il se fait au cumul des temps et non plus aux points comme durant toutes les années précédentes.

    En 2009 et 2010 d’ailleurs, le Team OPT avait remporté le HNV aux points alors que Shell avait un meilleur cumul des temps… En 2012, c’est EDT qui remporta la course. En 2013, c’est l’équipe de Paddling Connection qui venait coiffer Matairea hoe dans les derniers hectomètres à Matira pour s’offrir sa première et seule victoire.

    De 2014 à 2017, EDT venait asseoir sa suprématie et venait égaler le record de quatre victoires établies par Shell Va’a. Après plus de 7 ans de disette, Shell va’a retrouvait le graal en remportant l’édition 2018.

    Nous allons d’ailleurs nous attacher à ce retour sur le devant de la scène du club cher à Albert Moux : Shell va’a.

    Comme dit précédemment, durant sept ans (2012 à 2017), l’équipe au coquillage s’est cassé les dents durant le Hawaiki nui vaa. Alors que dans le même temps, Shell était pratiquement intouchable à l’international avec des victoires incontestables et incontestées à Molokai sauf en 2014 avec la victoire d’EDT et en 2017 avec la victoire de Red bull ce qui d’ailleurs avait enflammé le monde du vaa car Red bull s’était attaché le renfort de plusieurs rameurs d’EDT.

    Durant ce laps de temps, plusieurs entraîneurs se sont donc succédés pour vaincre le signe indien, hélas sans succès. En 2018, Albert Moux décide de donner sa chance à l’un de ses anciens rameurs pour remettre Shell sur les bons rails. De part son palmarès, le plus grand d’ailleurs du monde du vaa, David Tepava accepta le challenge.

    Si le début de saison n’était pas à la hauteur des ambitions affichées du club avec une 5ème place à la Polynésie la 1ère vaa. Le reste de la saison 2018 fut une domination sans partage de Shell premier au Faa’ati Moorea, à la Teitiaroa Race, à la Molokai mais aussi et surtout une première place à la Hawaiki nui vaa 2018. Ce qui démarquait Shell, était un retour aux fondamentaux avec un coup lent et puissant, le fameux « huti » mis au goût du jour par David Tepava.

    Shell redevenait tout simplement imbattable grâce à ce coup. La moitié de saison 2019 venait confirmer l’hégémonie des rameurs de Fare-Ute avec des victoires sur la Polynésie la 1ère, la Tahiti Nui Va’a, le Faa’ati Moorea, le championnat du monde marathon.

    La question que l’on peut se poser maintenant pour l’édition 2019 du Hawaiki nui vaa est qui pourrait bien venir contrarier Shell ?

    Plusieurs clubs peuvent venir jouer les troubles fêtes, nous pensons notamment à EDT vaa mais le début de saison 2019 ne plaide pas en leur faveur absent lors de la Polynésie la 1ère, loin de leur niveau lors de la Tahiti nui Vaa, disqualifié au Faaati Moorea. Mais le Hawaiki nui vaa permet de transcender n’importe quelle équipe surtout quand on connaît les rameurs composant la formation tels que Steeve Teihotaata vainqueur sur l’eau du super aito 2019 ou Rete Ebb pour ne citer qu’eux. Le Team OPT toujours bien placé cette saison pourrait aussi venir bousculer les pronostiques. Nous avons aussi Paddling Connection qui fait du Hawaiki nui vaa sa priorité de la saison. Air Tahiti et Tamarii CPS, une alliance qui à titillé Shell durant les courses à changement (Tahiti nui vaa et Faaati Moorea) mais qu’en serait-il chacun de leur côté. A moins qu’un club des îles (Bora-Bora, Raiatea ou Huahine), tout comme l’a fait Fareara et Tepaetia, viennent bousculer la hiérarchie du vaa lors du Hawaiki nui vaa.

    La réponse viendra aux alentours de midi le vendredi 1er novembre 2019 à l’arrivée sur la plage de Matira…


    Interview de David Tepava, entraîneur et remet de Shell Va’a :

    Iaorana David, quels sont les objectifs de Shell pour le Hawaiki nui 2019 ?

    « Lorsque l’on s’entraine, nous avons qu’une idée en tête, c’est de gagner. Du coup, l’objectif est tout trouvé»

    A combien allez-vous faire ce Hawaiki nui vaa ?

    « Nous avons durant plusieurs années présentées deux équipes, mais je préfère partir avec 12 bonhommes qui seront triés sur le volet. Est-ce que tout le monde va ramer, on verra ça à l’arrivée de chaque étape. »

    Craignez-vous un club en particulier ?

    « Tous les clubs sont là pour nous battre nous sommes les champions en titre et c’est normal. Plusieurs équipes ont le potentiel ou les rameurs pour mais nous nous entraînons dur pour que cela n’arrive pas. »

    Pourquoi avoir adopté le huti ?

    « Il m’a fallu 18 ans de rame au haut niveau pour comprendre que ce qui compte n’est pas la vitesse du coup de rame mais la vitesse du vaa et ça a été une révélation. Cela n’a pas été évident à mettre en place mais on y arrive et pour cela il faut l’adhésion de tout le monde. »

    On parle souvent de la non-compatibilité entre la participation à la Molokai et au Hawaiki nui vaa, qu’en penses-tu ?

    « Tout est question d’entrainement, il faut réussir à faire un mix dans ta préparation entre des moments d’endurance et des moments à haute intensité comme peuvent l’être des courses à changement. D’autant qu’en terme d’entrainement les deux ne sont pas du tout incompatible. »

    Dans les autres catégories la bataille aussi sera rude

    Chez les vétérans hommes, Tohiea le vainqueur de l’édition 2018 aura fort à faire pour conserver son titre. En effet, plusieurs équipes sont susceptibles de leur ravir le trophée, on pense notamment à Toatai 2ème en 2018 qui s’attache les services de quelques gloires du vaa. Hinaraurea mené par son aito vétéran Patete Roopinia. Nous avons aussi Fareara qui pourrait aussi s’imposer.

    Chez les vétérans dames, Ruahatu semble intouchable mais attention aux surprises dont le Hawaiki nui vaa a le secret.

    Chez les femmes, Teva la grande favorite a sa propre succession devra se remettre de sa déception des championnats du monde. Défaite qui d’ailleurs pourrait donner des idées à ses poursuivantes le district de vaa de Raiatea 2ème l’année dernière. Le team OPT pourrait aussi venir rivaliser avec les rouges de Teva.

    Chez les juniors, le Team OPT est favori à sa propre succession mais attention tout de même aux équipes des îles. On pense ici surtout aux jeunes rameurs de Bora-Bora qui ont souvent bousculé la hiérarchie.

    L’actualité sportive du Fenua c’est sur www.sportstahiti.com.

    Delano Florh

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »