• Triathlon : Frédéric Tête, double champion du monde

    Mardi 18 Septembre 2018 – Les championnats du monde de triathlon se sont conclus dimanche à Gold Coast en Australie. . Après avoir remporté le titre sur distance Sprint jeudi, Frédéric Tête, gagne ce les championnats du Monde de triathlon Distance Olympique, soit l’enchaînement de 1500m de natation en mer, 40kms de vélo et 10kms de course à pied, dans la catégorie 45-49 ans.

    Frédéric Tête nous raconte sa course :

    « Après les gros efforts fournis jeudi dans une course « à l’arrachée « , j’ai eu du mal à récupérer les jours suivants et je débute le triathlon avec des douleurs qui m’inquiètent un peu. Après longue réflexion, je décide de faire ma course à mon rythme, en étant prudent et sans me faire imposer une allure par mes adversaires. Ma stratégie était risquée mais elle a finalement payé en fin d’épreuve, et c’est ce qui m’a permis de gagner !  

    Les vagues de départ des différentes catégories sont espacées de 5 à 10 minutes. Je pars dans la 15eme vague à 7h28. Nous sommes 89 triathletes de la même catégorie, alignés dans l’eau avant le départ pour 1500m en parfaite ligne droite du début à la fin. Dès le départ, je place une bonne accélération pour me dégager vers l’avant pour éviter les coups. Ça se passe bien et je franchis la bouée de 250m dans un petit groupe de tête. Je prends ensuite les commandes sans me mettre dans le rouge car l’épreuve va être longue et j’ai bien décidé d’être prudent. Des bouées sont censées être présentes tous les 250 mètres pour nous indiquer la direction mais je n’en vois que très peu, voire plus du tout après 750 mètres ! Je passe beaucoup de temps la tête hors de l’eau pour tenter de me repérer mais le lever de soleil rasant m’aveugle. J’espère ne pas me tromper de direction ! Je suis tout de même rassuré par le fait que je vois régulièrement des Life guards le long de mon trajet. De plus, je vois un concurrent sur ma gauche, légèrement en retrait, qui prend la même direction que moi. Je suis également gêné par un athlète qui passe son temps à me toucher les pieds, ça m’énerve ! Je pourrais placer une accélération quelques secondes pour tenter de me décrocher légèrement, mais je n’ose pas perturber mon allure pour éviter de trop me fatiguer. Voici enfin les bouées de sortie de l’eau, j’étais bien dans la bonne direction, tout va bien. Nous sortons de l’eau à trois en tête. Le temps de retirer notre combinaison Néoprène tout en rejoignant notre vélo et nous voici partis pour 40kms.

    « Sur cette épreuve, le drafting est interdit et nous devons donc laisser une distance de 10 mètres entre chaque concurrent pour ne pas bénéficier de l’aspiration. Je fais une transition moyenne et je débute l’épreuve cycliste en troisième position. Devant moi, un neo zélandais et un japonais adoptent une allure que je n’arrive pas à suivre si je ne veux pas me mettre dans le rouge. La décision est difficile à prendre mais pour respecter la stratégie que je m’étais fixée au départ, je fais le choix de ne pas me mettre en sur régime pour tenter de les accrocher, je choisis de garder mon propre rythme en contrôlant les écarts à distance. Hélas à ce jeu là, je perds progressivement beaucoup de terrain ! Néanmoins ma vitesse moyenne est bonne pour moi, plus élevée que d’habitude, et je me dis qu’il y aura ensuite tout de même 10 kilomètres de course à pied pour les rattraper. Je continue sur la même allure et je suis surpris et satisfait de constater que je ne me fais pas rattraper par d’autres concurrents. Pour tenter de prévenir les douleurs abdominales que j’avais ressenties sur le Sprint 3 jours avant, et qui m’avaient encore gênées jusqu’à la veille, je fais de grandes inspirations et expirations pour tenter de me relâcher au maximum. Je vois deux concurrents de ma catégorie me doubler au 35ème km, je tente un instant d’augmenter ma puissance pour les accrocher mais je sens que mes cuisses deviennent douloureuses, je décide donc à nouveau de garder le rythme que j’avais jusqu’à présent, j’adopte vraiment une stratégie risquée ! Voici enfin le parc à vélo, je suis donc en cinquième position, les deux premiers sont loin devant (j’apprendrai plus tard que leur avance est de 2 minutes), les deux suivants sont juste devant moi, et je les rattrape même dès la sortie du parc, et je suis talonné à quelques secondes par d’autres athlètes qui se sont approchés de moi sur les derniers kilomètres.

    « Dès les premiers mètres de course à pied, je sens que ma stratégie de me retenir sur les deux premières disciplines a été bénéfique, je me sens des ailes ! Après quelques centaines de mètres, je m’impose même de ralentir un peu pour ne pas griller mes cartouches trop tôt, j’ai tout de même 10 kilomètres à tenir ! Je sais que je suis en troisième position mais je ne sais pas où sont les deux premiers, je sais juste qu’il s’agit d’un japonais et d’un neo zélandais mais il y en a beaucoup sur le parcours avec le mélange des différentes vagues ! Lors d’un demi tour, il me semble tout de même croiser 2 athlètes qui ont une belle allure et qui pourraient être mes « cibles »! Ils sont loin devant moi mais je ne m’affole pas, je ne me fixe pas dessus, je me concentre sur ma technique. Ma foulée est bonne et je sens que je cours vite, je prends beaucoup de plaisir et c’est cela l’essentiel ! Les douleurs de fin de course sont bien présentes mais je ne subis pas, je pense aux athlètes Élite que j’ai vu la veille et qui finissaient leur course en s’écroulant derrière la ligne d’arrivée et je me dis que je suis capable de pousser encore davantage mon organisme, qu’il est toujours possible de trouver la force mentale d’aller encore plus vite ! Je ne me préoccupe pas de mes adversaires, je fais Ma course en pensant uniquement à dépasser mes limites ! Je continue toujours à accélérer, je double énormément d’athlètes des autres vagues mais je ne sais pas où sont les 2 premiers de ma catégorie, je ne les reconnais pas. Peut-être les ai-je déjà doublés ? Peu importe, je continue à me donner à fond ! Je ne réfléchis plus jusqu’au bout ! C’est en franchissant la ligne d’arrivée que j’entends le speaker annoncer « Frédéric Tête, world champion 45-49 ! » Quelle surprise ! Je n’y crois pas ! Je demande confirmation autour de moi ! Oui, j’ai bien gagné ! J’ai réussi à doubler les deux premiers sans m’en rendre compte, tellement j’étais concentré dans ma course ! Incroyable ! Je l’ai fait, j’ai gagné sur les deux épreuves ! Yeah ! Quelle joie! Je suis tellement satisfait, ma stratégie de course a payé et elle m’a permis de vraiment « m’éclater » sur la course à pied !

    « Je remercie vraiment toutes les personnes qui m’ont soutenu pour me permettre d’arriver à ces résultats: ma famille qui me supporte au quotidien, Air Tahiti Nui qui me transporte à travers la planète dans les meilleures conditions, et mon club l’AS Tamarii Punaruu qui croit en moi et qui me soutient, merci à tous ! Je vais maintenant me reposer quelques jours avant de reprendre l’entraînement spécifique pour préparer les championnats du Monde Xterra qui auront lieu à Hawaï fin octobre. Le Xterra est beaucoup moins ma spécialité mais je vais tout de même faire le maximum pour parvenir au meilleur classement possible. »

    Suivez les résultats de nos Aito à l’international sur www.sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »