• SportsTahiti MAG’ : Vetea charrière, le colosse tahitien en équipe de France de football américain

    Vendredi 22 Février 2019 – Il est le premier tahitien sélectionné en équipe de France de Football américain. On dit de lui qu’il est le « linemen » offensif  qui ne craint rien… si ce n’est le froid et la grêle ! Il est originaire de Te’avaro – Mo’orea où il a passé toute son enfance. Aujourd’hui, il vit depuis quelques années à Grenoble, en France où il joue dans le club local. Plusieurs fois sélectionné en équipe nationale, notre ‘aito continue son chemin avec en ligne de mire, une autre sélection pour participer aux prochains championnats du monde en 2019. SportsTahiti vous propose de mieux connaître Vetea Charrière, le colosse tahitien des centaures de Grenoble.

    Vetea , peux tu te présenter ?

    « Ia ora na ! Je m’appelle Vetea Charrière, j’ai 25 ans. Je suis né à Papeete et je suis originaire de la commune de Te’avaro à Moorea où j’ai grandi. J’ai quitté Tahiti en 2013 pour effectuer une licence professionnelle en électricité. Depuis, j’habite à Grenoble (France) où j’occupe actuellement un poste en tant que technicien d’étude en électricité. C’est la région d’origine de mon père et aussi celle d’une bonne partie de ma famille et cela m’a beaucoup aidé à prendre mes marques lors de mon arrivée. Ma passion, c’est le football américain que je pratique au sein de l’équipe « Les Centaures de Grenoble » qui, la saison prochaine évoluera en Division 1, le plus haut niveau en France. J’occupe le poste de Linemen offensif au sein de la ligne d’attaque qui est composée de 5 joueurs qui sont de gauche à droite : le Tackle gauche, le Guard gauche, le Center, le Guard droit, le Tackle droit. Notre rôle c’est protéger le quaterback contre les assauts des défenseurs. Sur les jeux de course, nous devons créer des brèches pour laisser passer le fullback ou le runningback. »

    Comment es-tu arrivé à pratiquer le football américain ?

    « C’est un peu le fruit du hasard ! Une équipe s’était montée près de chez moi quand je faisais mes études secondaires à Tahiti. J’ai débuté au sein du club les « Ti’aporo d’Excelsior » crée par Manuarii Bonnefin qui était aussi le coach et quaterback. Mes coéquipiers étaient Maui Tufakamaru et plusieurs jeunes du quartier de la MISSION. Je me suis laissé entraîner dedans et j’ai continué à mon arrivée en France. »

    Sélectionné en équipe de France, raconte nous comment y es-tu arrivé ?

    « J’avais pour objectif d’intégrer l’équipe de France car on m’avait dit que j’en avais les capacités. J’ai dû m’entrainer pendant deux saisons afin d’améliorer ma technique, ma force et gagner en expérience. Puis un coach m’a recommandé au Head coach de l’équipe de France car il lui manquait un joueur. Je compte au total quatre sélections avec 1 match amical en Italie et quatre camps d’entraînement. Je n’ai pas pu participer aux deux dernières compétitions (les Worlds Games et le Championnat d’Europe). La concurrence est très rude pendant les camps d’entraînement qui précède un championnat. Cent joueurs sont présélectionnés et seuls 45 sont retenus pour les compétitions. La plupart du temps les camps d’entraînement sont organisés le week-end et quand ils durent une semaine, nous sommes obligés de prendre des congés. A cause de cela, certains refusent d’y participer. Les déplacements avec l’équipe de France sont entièrement pris en charge par la fédération (FFFA) sauf si c’est ta première sélection. Mes principaux points forts sont ma taille, ma force, mon poids, mon esprit de compétition et d’équipe. »

    Comment se déroule une semaine d’entraînement ?

    « Mes semaines sont composées de trois entraînements sur terrain avec l’équipe et de trois à quatre entrainements de musculation suivant la période de la saison. J’ai des programmes de musculation personnalisés conçus ou récupérés par nos coach lors de leurs précédentes expériences à l’étranger. »

    Tu as vu que ce sport se développe petit à petit chez toi en Polynésie, tes impressions ?

    « C’est excellent que le Football américain se développe petit à petit en Polynésie. J’espère que cela va continuer car il y a vraiment beaucoup de potentiel pour nous dans les sports de contact comme celui-ci. Il faut aussi que les meilleurs et les plus courageux visent plus haut et osent partir en France ou à l’étranger. Olivier Lebraud et moi-même, nous essayons de mettre en place un projet pour accueillir des joueurs de Foot US du fenua pour qu’ils puissent découvrir le haut niveau. Manarii Teraiamano fait parti de ces joueurs. Il nous a rejoint cette année et grâce au club, il a obtenu un CDI dans un des sponsors. Avec six années d’expérience au sein des Manu-Ura Football US et évoluant sur les lignes offensives et défensives avec ses 1m80 et 138kg, il sera, je pense, un très bon atout pour la saison à venir. »

    Tes objectifs à court et long terme ?

    A court terme, il faut que je me remette de mes blessures de cette année et retrouve la forme afin que l’année prochaine, je puisse être sélectionné pour le prochain championnat du monde 2019 qui se déroulera normalement en Australie. En ce qui concerne le long terme, je ne peux pas encore me projeter car il y a beaucoup à faire avant cela. Le retour au fenua ne fait pas partie de mes projets pour l’instant car si je rentre, c’est que je ne jouerai peut être plus au foot US. Par contre, lors de mes vacances au fenua, je serais très content de participer à des entraînements avec mes anciens coéquipiers qui jouent encore.

    Retrouvez les portraits de vos sportifs préférés sur www.sportstahiti.com.

    Rahiti BUCHIN

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »