• SportsTahiti MAG’ : Pêcher en binôme en toute sécurité

    Vendredi 30 Août 2019 – Sportstahiti vous avait proposé dans les précédentes éditions des articles sur la pêche à la vague et la pêche aux Ume. Nous continuons cette série d’articles « spécial chasse sous-marine » avec un focus sur la pêche en binôme. En effet, on recommande, souvent à juste titre, de ne jamais pêcher seul afin de prévenir les risques mais en faisant le récapitulatif des accidents survenus ces dernières années, on se rend compte que souvent les victimes étaient accompagnées et cela n’avait pas suffit à éviter le drame.

    Voyons donc avec deux jeunes flèches de Moorea, les frères Manea et Teano DAUZOU, comment optimiser ses sorties en binôme pour éviter un accident si vite survenu. Ces 2 jeunes ont suivi des formations avec des membres la Fédération Tahitienne des Sports Subaquatiques de compétition. Rappelons-le, notre objectif est de ramener du poisson et non pas de prendre des risques. De plus, quelle valeur a un accroche-poisson plein sans pêcheur pour le ramener à la maison ?

    On vérifie son matériel et celui de son coéquipier.

    Les risques liés à la pêche sous-marine

    La syncope suivie d’une noyade est le risque premier pour le pêcheur. Dans la majeure partie des cas, elle survient dans les derniers mètres de la remontée vers la surface et sans coéquipier à même d’intervenir rapidement, c’est la noyade assurée. Elle peut être le fruit d’une apnée trop poussée mais elle peut être aussi liée à une simple crampe ou à un défaut matériel (palmes, moulinet,).
    D’autres dangers guettent le pêcheur comme se faire percuter par un bateau, se prendre une flèche, se faire attaquer par un requin ou une murène, se faire emporter par le requin… Nous verrons comment la pêche en binôme, lorsqu’elle est pratiquée à bon escient, permet de les limiter.

    On se surveille à chaque apnée.

    Des mesures qui commencent bien avant la mise à l’eau :

    La prévention commence bien avant la mise à l’eau. Comme Teano et Manea, consultez la météo et rendez-vous sur la zone pour vérifier que la météo est propice. De plus, prévenez vos proches et indiquez-leur votre zone de pêche, avec qui et comment vous y allez et vers quelle heure vous comptez revenir. Vérifiez votre matériel et celui de votre coéquipier pour éviter toute surprise.
    La pêche sous-marine est un sport à part entière et requiert donc une bonne condition physique surtout si on se déplace essentiellement à la nage. Vous serez amenez à lutter contre des courants contraires pour vous rendre sur une zone ou pour rentrer notamment dans les abords de passes. Aussi, entretenez-vous en pratiquant du vélo, de la course à pied et ne sortez jamais en mer en cas de grosse fatigue liée à une soirée agitée ou autres. Pensez à vous hydratez régulièrement pour éviter les crampes.

    On ne pointe jamais son fusil en direction de son coéquipier.

    Le choix du partenaire

    Teano et Manea pêchent régulièrement ensemble. Cela permet d’acquérir des automatismes et de bien connaître son coéquipier. Faites-en de même. Trouver un partenaire du même niveau n’est pas chose aisée et il vaut mieux parfois un partenaire sensible à la sécurité d’un niveau moindre qu’un du même niveau mais plus intéressé par faire plus de poisson que vous. Si c’est votre première sortie ensemble, discutez au préalable et n’hésitez pas en mer à stopper votre pêche pour vous mettre d’accord.
    La bouée de pêche, élément indispensable

    Elle vous permettra de signaler votre présence et d’y accrocher votre poisson ainsi que votre matériel supplémentaire. Privilégiez les bouées d’une capacité de 10 litres au moins avec un fanion officiel pour être bien visible. Les planches de pêche ou les « bostons » sont encore plus efficaces car ils vous permettent d’embarquer plus de matériel et de mettre le poisson hors de l’eau (utile aux Tuamotu et aux marquises notamment) mais ils doivent aussi être munis d’un fanion. Pour être à proximité de leur bouée et « s’obliger » à veiller l’un sur l’autre, Manea et Teano y accrochent seulement un accroche poisson qu’ils vont tenir à tour de rôle. Cela permet de garder le poisson à proximité et d’éviter que les requins les embarquent mais aussi d’éviter qu’un des deux ancre la bouée au lieu de surveiller l’autre. Comme cela, à chaque fois le pêcheur à la surface se doit de tenir la bouée et surveille son coéquipier. Si vous vous déplacez en bateau, fixez-y un fanion bien visible et pêchez autour ou prenez votre bouée si vous vous en éloignez.

    Manea et Teano tiennent leur bouée par l’accroche poisson et ne s’en éloignent ainsi jamais.

    Une surveillance attentive et permanente

    Que vous soyez en train de recharger votre fusil, de régler un problème matériel ou d’accrocher un poisson, vous devez toujours suivre du regard votre coéquipier sous l’eau et à la surface pour éviter de le perdre de vue. Appliquez des autocollants réfléchissants sur le dos de vos palmes ou utiliser une ligne de vie si vous pêchez dans des profondeurs supérieures à 10 mètres afin que votre partenaire puisse aisément vous suivre. En cas de problème, plus votre intervention sera rapide plus vous serez efficace. Comme Manea et Teano, cela s’apprend et cette règle doit être appliquée mutuellement. Parlez-en si nécessaire. En aucun cas, vous ne pouvez remonter sur votre bateau en laissant votre équipier seul même pour effectuer une dernière apnée.

    Pêcher à deux permet aussi d’être plus efficace.

    Dialogue, langage des signes pour optimiser ses pêches à deux

    Pêcher à deux vous permet d’assurer une meilleure sécurité mais aussi de prendre plus de poisson rapidement. En effet, à deux vous pouvez maintenir le poisson à trous (un qui tape sur l’eau, l’autre qui plonge par exemple), indiquer le passage d’un poisson (Paraha peue, Roeroe,) alors que vous n’êtes pas prêt à plonger… De plus, chaque pêcheur a sa spécialité et vous pourrez laisser votre coéquipier (et vice-versa) pêcher pour assurer une prise s’il est plus efficace sur ce type de pêche. En dialoguant ou en communiquant simplement par des codes, vous pourrez indiquer à votre partenaire comment se positionner à l’agachon, derrière quel caillou se poster, quel poisson est présent afin qu’il adapte sa pêche. Un pêcheur averti en vaut deux ! Un des pêcheurs peut aussi appâter pendant que l’autre se prépare. Comme dit plus haut, on a rarement des pêcheurs du même niveau et cela doit être utilisé à bon escient plutôt que d’y voir un défaut.

    En voyant la pêche en binôme comme un moyen d’être plus en sécurité et efficace et en appliquant les règles citées ci-dessus, vous évoluerez automatiquement vers une pêche à deux ou trois plus sécurisante. N’oubliez pas de téléphoner dès votre retour au bord afin de prévenir vos proches. Quoiqu’il en soit, ils seront toujours inquiets lors d’une sortie en mer eut égard aux trop nombreux accidents survenus dans notre sport. Prenez du poisson, pas les risques !


    Pour une suivre une formation sur les risques liés à la pratique de la chasse sous-marine, abonnez-vous à la page FB : Fédération Tahitienne des Sports Subaquatiques de Compétition.


     « E aha te faufa’a o te hō’ē ha’ape’e ‘ua ‘ī te i’a ‘aita ra e ta’ata nō te fa’aho’i atu i te fare ! »

    L’actualité sportive du Fenua sur www.sportstahiti.com.

    Rahiti BUCHIN

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »