• SportsTahiti MAG’ : Onyx LEBIHAN et Taina ORTH, 2 pêcheuses d’exception 

    Vendredi 6 Mars 2020 – Sportives nées, elles ne laissent personne indifférent quand elles se présentent à la table de pesée d’une compétition de pêche sous-marine. Si la majorité des femmes présentes accompagnent leur mari pêcheur ou sont là juste par curiosité, elles deux étalent leurs poissons pris sur la même zone et en même temps que les compétiteurs masculins. Pas de traitement de faveur pour ces deux déesses sous-marines qui doivent respecter les mêmes mailles et se déplacer uniquement à la nage pendant 6 heures et souvent sur 2 journées consécutives.

    Elles n’ont pas choisi un sport commun pour les féminines mais elles ont néanmoins réussi, à force de conviction, à se faire connaître et être reconnues en tant que pêcheuses d’exception. SportsTahiti Mag’ vous propose de mieux connaître ces as du pupuhi !

    Des filles à la pêche sous-marine, c’est très atypique, comment y êtes-vous arrivés ?

    « Nous avons eu une éducation en lien avec l’environnement et nous avons grandi proche de la nature et du milieu marin. De ce fait, nous avons été sensibilisées très jeunes à la connaissance des espèces de poissons ainsi qu’à l’activité de pêche par nos pères respectifs. Cette connaissance nous a permis dans la pratique de la pêche sous-marine, d’avoir une vraie sensation de satisfaction de pêcher notre propre nourriture et de faire partie intégrante de ce milieu. Cela a alimenté notre désir de nous perfectionner. »

    Est-ce facile d’être reconnu dans ce monde essentiellement masculin ?

    « Non, ce n’est pas facile du tout! Il faut sans cesse faire ses preuves et jouer des coudes pour que l’on nous prenne au sérieux. Au début, on nous a pris pour des « poupées de salon » donc nous avons dû montrer de quoi nous étions capables. Cela dit, après avoir été les premières femmes polynésiennes en compétitions locales et à représenter la Polynésie française à l’international, nous avons acquis une certaine légitimé et cela à contribuer à faire évoluer les mentalités. »

    Pourquoi vous êtes-vous lancées en compétition ?

    « Nous étions toutes les deux des athlètes dans nos domaines respectifs (volley ball et course à pied) et nous avions déjà une connaissance et surtout un certain engouement pour la compétition. Rahiti Buchin, un ami commun et président du club Tefana, nous a proposé en 2014 de monter la première équipe féminine de Polynésie. En guise de test, nous avons participé à 2 journées de compétition avec les hommes sur les hauts fonds de Hitia’a. Cela a été très difficile car nous n’avions pas l’habitude de pêcher sur des zones comme cela où le courant est très fort. Néanmoins, la qualité des quelques prises que nous avions faites a contribué à nous faire respecter et… la même année, nous avons gagné le tournoi Océania à Raiatea. En 2015, nous avons fini 2ième en Calédonie et 1ère à Guam en 2017. Cette année, nous avons gagné le championnat de Polynésie à Rangiroa. «

    Vous avez mis en place une page facebook To’a hine spearfishing ? Pourquoi ?

    « Nous voulons vraiment développer la pêche sous-marine féminine aussi nous avons ouvert cette plateforme afin de partager des informations relatives à la pêche sous-marine et à sa pratique. Donner des astuces pêche, informer sur les espèces de poissons, expliquer les gestes de sécurité ou encore partager des moments de compétition par le biais de photos ou de vidéos. Nous espérons surtout fédérer les femmes qui sont intéressées par la pêche sous-marine, les mettre en relation avec nous et d’autres pêcheuses afin d’échanger et partager. Nous organisons également des sorties pêche avec les femmes qui le souhaitent. »

    Des pistes pour développer ce sport chez les féminines ?

    « Nous sommes conscientes que cette volonté de développer ce sport chez les féminines doit venir des instances compétentes en la matière qui ont le pouvoir de décision pour faire bouger les choses et susciter l’intérêt et l’envie chez les femmes. Cela dit nous voulons contribuer à ce développement car d’une part, nous souhaitons partager notre passion, promouvoir notre pays, notre culture et les savoir-faire des femmes en Polynésie. C’est pour cela que nous avons créé notre page « To’aHine Spearfishing » et que nous organisons avec notre club « AS Tefana pêche sous-marine » des formations sur la sécurité pour limiter les accidents et informer au mieux les pratiquants. »

    Vos projets 2020- 2021 ?

    « Nous avons l’intention d’obtenir nos diplômes pour encadrer et animer des stages de formation et ainsi continuer à rendre accessible et promouvoir ce sport aux femmes et aux jeunes en toute sécurité. Pour cela, nous allons faire des recherches de fonds pour financer un bateau et tout l’équipement nécessaire pour mener à bien nos projets.
    Du côté des compétitions, nous comptons nous qualifier pour participer aux Océania qui auront lieu en Juillet 2020 à Bora Bora avec pour objectif de ramener le titre pour Tahiti chez les féminines pour la troisième fois ! Enfin, selon les budgets et les compétitions pour 2020 ou 2022, participer aux championnats du monde ! »

    Retrouvez les portraits de vs sportifs préférés sur www.sportstahiti.com.

    Rahiti BUCHIN

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »