• SportsTahiti MAG’ : Nohoarii Paofai, objectif l’Equipe de France

    Vendredi 6 Décembre 2019 -,Nohoarii Paofai, 23 ans, est le capitaine de la sélection masculine de volley-ball qui a ramené la médaille d’or des derniers Jeux du Pacifique qui se sont tenus aux Samoa en juillet dernier. Après une campagne bien remplie sous le maillot de Tahiti, le jeune central va retrouver dans les prochains mois la Ligue A avec son nouveau club de l’AS Cannes avec comme objectif de rentrer dans l’équipe de France.

    Le volley-ball chez les Paofai c’est une véritable histoire de famille. Il y a eu bien évidemment Yvette Paofai qui a été retenue en équipe de France dans les années 90. Mais désormais la tradition familiale est perpétuée par Nohoarii Paofai, 23 ans, qui évolue au poste de central.

    Le jeune homme fait ses premiers pas dans le volley dans le club de Mehiti où le petit Nohoarii suis et observe son père. “Je voulais devenir aussi bon que lui parce qu’il était vraiment très fort. Il aurait pu avoir une carrière en France mais il a choisi de s’occuper de sa famille”, confie le natif de Tiarei.

    Une blague à son père

    C’est donc au club de Mehiti que Nohoarii tape ses premières balles et commence à se faire remarquer. A 14 ans il est prêté au club de Pirae qui disputait à l’époque un challenge. “Après le tournoi j’ai dit à mon père en rigolant que j’étais prêt à partir en France”, se souvient le jeune homme. “Mais lui l’a pris sérieusement et avec ma mère ils ont fait le nécessaire pour que je parte intégrer un pôle en France. Je savais que j’avais des qualités mais je ne me sentais pas meilleurs que les autres joueurs que j’ai croisé à Tahiti, parce qu’ici il y a vraiment du niveau.”

    Et donc à la suite de cette “mauvaise blague” faite à son père, Nohoarii intègre donc en 2010 le pôle espoir de Wattignies, situé dans le nord de la France. “’C’était vraiment dur au début. Il fallait gérer les entraînements de volley, les cours et l’éloignement avec la famille. Il faut vraiment avoir un mental d’acier”, explique le jeune homme.

    Découverte du haut niveau à 17 ans

    Après deux ans au pôle espoir de Wattignies Nohoarii déménage à Montpellier où il est retenu pour intégrer le Centre National de Volley-Ball (CNVB), une véritable usine à champion. “Être retenu au CNVB ce n’est pas donné à tout le monde. Tous les grands joueurs sont passés un jour là-bas. J’étais donc super content d’être retenu au CNVB. Je savais que je prenais le bon chemin”, sourit le central tahitien.

    Et en effet après deux ans CNVB Nohoarii signe à 17 ans son premier contrat professionnel avec le club de Tourcoing, qui évoluait à l’époque en Ligue A (2014/2015). “Malheureusement, on est descendu en deuxième division la saison suivante », indique Nohoarii. Le Tahitien va ensuite continuer à faire ses armes en Ligue B avec les clubs de Saint-Nazaire (2016 à 2018) et de Plessis-Robinson (2018 à 2019).

    “Signer à Cannes ça va surtout me permettre de me rapprocher de l’équipe de France. C’est mon objectif”

    Pour la prochaine saison Nohoarii a choisi de s’engager avec l’un des clubs mythiques français, l’AS Cannes. “Aujourd’hui l’équipe connaît plus de difficultés. Ils ont joué le maintien en Ligue A la saison dernière. L’objectif pour la prochaine saison ça va être de jouer le milieu tableau. Mais signer à Cannes ça va surtout me permettre de me rapprocher de l’équipe de France. C’est mon objectif”, atteste le jeune homme.

    Voici d’ailleurs ce que Luc Marquet, entraîneur de l’AS Cannes pense de son nouveau joueur : “C’est un beau bébé qui fait 2 mètres. Malgré son jeune âge il a déjà une bonne expérience du niveau professionnel. C’est un joueur athlétique doté de qualité de vitesse assez rare pour un tel gabarit. C’est un guerrier (…) qui dispose des ressources humaines, physiques et techniques indispensables pour épauler l’équipe pour la prochaine saison.”

    Mais avant de relever ce nouveau défi, Nohoarii a mis également un point d’honneur à participer aux XVIèmes Jeux du Pacifique aux Samoa en juillet dernier. Capitaine de la sélection, il a mené de main de maître son équipe jusqu’au titre. “On avait un effectif très intéressant cette année et l’objectif c’était clairement la médaille d’or et de ramener le titre au fenua”, s’exclame le champion.

    Désormais Nohoarii est en pleine préparation avec son nouveau club qui disputera son premier match de la saison en octobre face à Toulouse. Fa’aitoito !


    Un titre de meilleur serveur et une troisième place aux Championnats d’Europe junior

    A 23 ans Nohoarii a déjà quelque fait d’arme à son actif. Comme le fait par exemple qu’il ait été retenu dans le groupe de l’équipe de France junior pour disputer les championnats d’Europe en 2014 aux côtés des Stephen Boyer, Jean Patry et Barthélémy Chinenyez qui évoluent tous aujourd’hui en équipe de France A. « J’étais en cadet et on m’a surclassé pour l’Euro junior. J’ai disputé tous les matchs du tournoi, et on a réussi à décrocher la troisième place », indique Nohoarii.

    Grâce à ses bonnes performances le central tahitien est même désigné meilleur serveur de la compétition. “J’ai joué tous les matchs comme titulaire. Je savais que j’avais fait de bonnes performances, mais j’étais quand même très surpris de recevoir ce prix.”


    Retrouvez les portraits de vos sportifs préférés sur www.sportstahiti.com.

    Heimata Teiho

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »