• SportsTahiti MAG’ : Makalea Foliaki, sur les traces de Teiva Jacquelain.

    Vendredi 3 Août 2018 – Suivant les traces de son aîné et compère du Rugby Club de Pirae, Makalea FOLIAKI, 21 ans, est en train lui aussi de réussir un début de carrière prometteur. Repéré par le Directeur Technique National et convié à participer au Championnat de France de Rugby à 7 au mois de mai 2017, Makalea FOLIAKI est sélectionné dans l’équipe des Free Sevens qui sera sacré Champion de France de rugby à 7.

    Ayant reçu plusieurs sollicitations, c’est au Rugby Club de Toulon qu’il signe son premier contrat espoir, son club formateur, le Rugby Club de Pirae étant en convention avec le club de la Rade.

    C’est le 2ème joueur du club de Pirae a bénéficier de cette convention pour rejoindre le centre de formation, après Teiva JACQUELAIN, aujourd’hui joueur professionnel au FC Grenoble.

    Makalea Foliaki vient de passer une saison complète avec l’équipe des espoirs du RC Toulon.

    Parle-nous de ton parcours rugby à Tahiti.

    « J’ai commencé le rugby à l’âge de 6 ans au rugby club de Pirae  qui a été mon club formateur. Je participais aux entrainements et j’allais voir tous les matchs de mon père avec le RC Pirae, au stade Fautaua. Ensuite, je me rappelle aussi avoir fait quelques voyages avec le club de Faa’a ARO en U13 en Nouvelle-Calédonie et U15 à Rarotonga. Avec le club de Pirae j’ai aussi voyagé en 2012 à Rarotonga, j’ai joué avec une équipe de là-bas en u18, en 2014 en Nouvelle-Calédonie et en Nouvelle-Zélande (séniors), puis en 2016, au Chili, avant de quitter le Fenua pour le RC Toulon en 2017. »

    Quel sport pratiquais-tu en parallèle? Et pour quel objectif ?

    « Je pratiquais de l’athlétisme pour travailler ma vitesse, mon explosivité, mon cardio et  surtout parce l’athlétisme est un sport complet, il est complémentaire pour tout autre sport »

    « Qu’est ce qui a été le plus difficile en intégrant le centre de formation du RC Toulon ? »

    « Le plus difficile en arrivant au centre formation du RCT c’est de s’adapter à l’intensité d’entraînement, tous les jours montrer le meilleur de soi-même à l’entrainement et à la musculation. La charge de travail n’est pas du tout la même que celle à laquelle on est habitué sur Tahiti. »

     Est-ce que tu as également participé aux entrainements de l’équipe première ?

    « Oui j’ai pu participé à quelques entraînements avec les pros (l’équipe première). C’était impressionnant ! »

    Comment réagit-on lorsque l’on se retrouve à l’entrainement avec de très grands joueurs ?

    « On éprouve beaucoup de joie et d’excitation car tu te dis que quand tu étais petit tu les regardais à la télé et maintenant tu t’entraînes avec eux ; mais il y a aussi de la peur, peur de mal faire un exercice. »

    Y at-il des joueurs « stars » avec qui tu as le plus d’affinité ?

    « Oui avec deux joueurs, Malakai Fekitoa et Samu Manoa. »

    Un petit bilan de ta saison sportive ?

    « Au premier semestre (septembre-décembre) cela était très difficile car je revenais d’une blessure (fracture à la cheville gauche) et il y avait le projet de jeu à apprendre aussi. Du coup, je n’avais pas fait de match et je me suis refait mal à ma cheville. Le deuxième semestre (janvier-juin) était beaucoup mieux car je n’avais plus de douleurs et j’ai ainsi pu jouer en pleine possession de mes moyens. »

    Tes objectifs pour la saison 2018-2019 ?

    « Je souhaite faire mieux que l’année dernière et faire partie des meilleurs espoirs et ainsi signer un contrat professionnel par la suite. »

     En parallèle tu poursuis des études, peux-tu nous en dire plus ?

    « Je poursuis mes études, je suis en « staps » avec des horaires aménagés. C’est un programme de la ligue de rugby car en intégrant le centre formation du RC Toulon, il est obligatoire de suivre une formation afin de pouvoir, déjà, préparer l’après rugby. »

     « Un petit mot pour nos jeunes sportifs polynésiens ? »

    « Faaitoito les jeunes, on peut tout réussir avec de la volonté et de la détermination. Si vous avez un rêve, il faut vous y accrocher et travailler dur afin de se donner les moyens d’y arriver ! »

    « Des remerciements particuliers ? 

    Je remercie ma famille, ma femme, le rugby club de Pirae, SportsTahiti magazine et toutes les personnes qui me soutiennent de près et de loin ! Mauruuru.

    Retrouvez le SportsTahiti MAG 6 ici

    Les portraits de vos sportifs préférés sont sur www.sportstahiti.com.

    Teiki Dubois

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »