• SportsTahiti MAG’ : Kylie Vernaudon, le sport dans les gènes

    Jeudi 25 octobre 2018 – Passionnée de cyclisme depuis son adolescence, aujourd’hui, Kylie Vernaudon, fait également de la course à pied et de la natation. Agée de 33 ans, cette femme accomplie, mère de cinq enfants est une véritable pile électrique. Infatigable, elle s’est lancée il y a six mois dans le triathlon et a réussi à décocher, en mai dernier, sa qualification pour les mondiaux de XTerra qui se dérouleront sur l’île de Maui à Hawaii en octobre prochain. Rencontre avec ce petit bout de femme…


    Le sport c’est une histoire de famille ?

    « Quand tu t’appelles VERNAUDON/HAMBLIN, que tu as des descendances BERNADINO… tu te dis que le SPORT, c’est effectivement dans les gênes. Chaque nom a déjà brillé dans une discipline que cela soit, en Motocross comme mon père et mes oncles, en cyclisme comme mes frères, mon oncle et mes cousins ,en va’a comme mes cousines ou encore en boxe comme mon arrière grand père… Je pense que le sport a été notre véritable école de vie, davantage par la transmission des valeurs morales que par les performances sportives en elles-même. D’ailleurs c’est pourquoi mes enfants pratiquent tous un sport depuis leur plus jeune âge . »

    Quel sport te passionne à la base ? 

    « J’ai commencé le cyclisme à l’âge de 13 ans. J’y ai découvert une passion hors normes jusqu’à mes 20 ans. Pendant cette période, j’ai obtenu plusieurs titres de championne de Polynésie sur route et sur piste. J’ai aussi des victoires en Nouvelle Calédonie, une médaille de bronze et une médaille d’Or aux Jeux du Pacifique à Fidji et une belle 21ème place au Championnat de France. »

    Comment tu as découvert le triathlon ? 

    « C’est un sport que j’ai toujours voulu essayer depuis petite mais mon appréhension de la natation notamment « en mer » m’a toujours fait revenir sur mes pas. L’année dernière, avec leur accord, j’ai décidé d’y inscrire mes trois grands enfants. Je pense que le fait de les avoir vu prendre beaucoup de plaisir aux entraînements, de s’aligner sur des compétitions de triathlon, et même de gagner certaines courses, c’est cela qui m’a motivé à franchir le cap. Puis une amie m’a poussé davantage et on a fini par s’ inscrire ensemble. »

    Qu’est ce qui te plaît dans cette nouvelle discipline ? 

    « Dans le triathlon, je suis vraiment « dans le réel », j’arrive petit à petit à voir objectivement ce que je vaux et j’ai moins de pression comparé à une course de vélo. Il y a très peu de stratégie et c’est avant tout un énorme travail que je fais sur moi-même. Plus je m’aligne sur une compétition, et plus je réalise que le triathlon m’a apporté une grande confiance en moi. A vrai dire, à chaque fois que je « survis » à l’épreuve de natation, c’est une énorme victoire pour moi. Il y a 6 mois, je n’arrivais même pas à nager 100m sans m’arrêter. Aujourd’hui, à mon rythme, je sais que je peux nager 1500m et que je suis en pleine progression. Le triathlon est un sport vraiment difficile enchaînant trois disciplines qui ne font jamais travailler les mêmes muscles et où la gestion de l’effort est très importante mais cela m’a fait surtout comprendre que c’est en se surpassant qu’on se forge un mental d’acier. En définitive, ce qui me plait, c’est que grâce au triathlon et aux personnes qui m’entourent dans ce milieu, j’ai enfin compris que ce qui compte réellement, c’est de se donner à fond et de se faire plaisir. Même en n’étant pas la meilleure dans une discipline, on peut prendre confiance et progresser »

    Parle nous de ton aventure XTERRA ? 

    « Je n’ai jamais été aussi heureuse de franchir une ligne d’arrivée que celle du XTERRA. C’était seulement le 2ème triathlon de ma vie auquel je participais et mon tout premier XTERRA. Autant dire que la pression et la crainte de ne pas arriver jusqu’au bout était à son maximum. Je réalise un temps total de 4h35’25, ce qui semble être un bon chrono pour une débutante en triathlon et une maman qui gère 5 enfants de bas âge au quotidien… Je finis 3ème amateur femme mais surtout 1ère de ma catégorie d’âge ce qui m’ouvre les portes de la qualification au championnat du monde de XTERRA à Hawaii en Octobre. Au-delà de mon aventure sportive inoubliable, entre nager dans le bleu de la baie d’Opunohu, pédaler dans des sentiers techniques et boueux des Mapé, puis dans des endroits magnifiques comme dans les champs d’ananas et finir par une course à pied exceptionnelle dans le chemin difficile des ancêtres reliant au bélvédère. J’ai vécu, tout comme à la ronde tahitienne, une aventure humaine unique et extraordinaire. Merci à l’organisation du VSOP, aux nombreux bénévoles qui ont donné de la vie à cette course tout le long du parcours. Il ne m’aura manqué physiquement que ma famille à mes côtés pour que cet XTERRA soit parfait. Mais le sourire de tous les XTERRIENS à l’arrivée et les bras remplis d’émotions de mes amies m’ont fait oublier rapidement la solitude dans laquelle je me suis plongée un court instant. Et elles m’ont rappelé avec fierté que j’y suis arrivée et que je suis allée au bout de cette merveilleuse aventure. »

    Tu as réussi à te qualifier pour Hawaii . Tu vas y participer ? Tu as hâte ?

    « Pour ma 1ère participation au Triathlon XTERRA de Moorea, j’arrive à me qualifier pour les championnats du monde en gagnant dans ma catégorie d’âge. J’ai réellement envie d’y participer. C’est tout de même « un Championnat du Monde ». En fait, j’ai les yeux qui scintillent rien que d’en parler. Malheureusement, au delà de l’aspect sportif, il y a un aspect financier. Rien n’est pris en charge, ni l’inscription, ni le billet d’avion, ni le logement, ni le transport du vélo et c’est vraiment un budget lourd et conséquent, notamment quand tu es mère de cinq enfants. J’ai réussi à payer l’inscription grâce à l’aide de mes parents et de mon club de vélo que je remercie du fond du coeur, mais il reste encore tellement à payer que mon esprit est davantage en train de s’inquiéter de cet aspect financier que de réaliser la chance que j’aurai de vivre ce moment unique de pouvoir participer une fois dans toute ma vie à un championnat du monde.

    Comment tu te prépares pour cette compétition ? 

    « J’ai commencé le triathlon il y a tout juste 6 mois. A la base, je voulais seulement découvrir cette discipline sans avoir cet esprit de compétition qui m’a hanté durant ma jeunesse. C’est d’ailleurs pour cette raison que je me suis inscrite dans le merveilleux club des Vahine Tri. Pour vivre davantage une aventure humaine, de partage et de fous rires avec toutes ces femmes aussi formidables les unes que les autres. Puis les sensations sont vite revenues tout comme la forme et le goût de la compétition ainsi que les podiums. Tout c’est enchaîné, ma victoire dans ma catégorie au XTERRA, ma victoire à la Ronde Tahitienne, ma 2ème place récemment au triathlon de Yosemite en Californie. J’ai une énorme chance d’avoir deux très bons coachs qui me suivent de près et adaptent mes entraînements en fonction de mon état du moment. Je leur dois beaucoup.

    Un mot pour les lecteurs ?

    « Il est toujours bon de remercier ses lecteurs, ses supporters, sa famille, ses enfants, son mari, ses amies, ses coachs, son ostéopathe, les vahine tri, les marara tri, le VCT ainsi que Pacifique Cycles et sportstahiti.com, parce qu’un grand champion à dit un jour :
    « On gagne plus avec le cœur, avec la volonté, qu’avec autre chose », alors à tous, un grand MERCI pour votre soutien inconditionnel et votre confiance. »


    Nom : Vernaudon
    Prénom : Kylie
    Date de naissance : 29/06/1985
    Age : 33 ans
    Situation familiale : En couple depuis 15 ans, 5 enfants âgés entre 13 et 5 ans.


    Retrouvez les portraits de vos sportifs préférés sur www.sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »