• SportsTahiti MAG’ « Hura Tapairu 2017 » : Tamariki Poerani, grand gagnant

    Vendredi 9 Février 2018 – La 13e édition du Hura Tapairu, qui s’est tenue du 22 novembre au 2 décembre 2017 à la Maison de la culture, s’est achevée sur la victoire, dans la catégorie éponyme, du groupe Tamariki Poerani, dirigé pour l’occasion par le jeune Francky Tehiva. Une victoire de bon augure pour la troupe créée par Makau Foster Delcuvellerie, grande dame de la danse qui a pris sa retraite l’an dernier, après un dernier Heiva i Tahiti victorieux.

    L’année 2017 aura été des plus bonnes pour les Tamariki Poerani. Une année ponctuée de deux belles victoires, la première au Heiva i Tahiti dans la catégorie reine Hura tau, la seconde en décembre dernier, lors de la 13e édition du Hura Tapairu. Et cerise sur le gâteau, ces deux premiers prix étaient une première dans l’histoire de la troupe. Des succès qui sont également tombés à point nommé : le premier à la veille du départ à la retraite de sa fondatrice, la grande dame du ‘ori tahiti Makau Foster Delcuvellerie ; le second venant clore en beauté l’année et rassurer quant à l’avenir de la troupe, qui semble avoir encore de beaux jours devant elle. Le public et le jury du Hura Tapairu en auront été témoins, la jeune équipe qui a pris la relève a assuré dans la catégorie éponyme du concours, avec un spectacle dynamique, bien ficelé et il va sans dire de toute beauté sur “La Vague de Ruahatu”, le dieu de l’Océan (lire en encadré). La formation était dirigée par Francky Tehiva, le second de Makau Foster qui avait également obtenu au dernier Heiva le prix du meilleur ra’atira. Les chorégraphies étaient signées Poerani Germain, Reiarii Rochette et Francky Tehiva pour les garçons. Les ‘ote’a avaient été composés par Terema Toere, le chef d’orchestre. Les ‘aparima par Teiva Viaris et Nohorai Temaiana. Ce dernier a d’ailleurs obtenu un prix spécial pour ses compositions. Enfin, les costumes ont été les œuvres de Shelby Hunter et son équipe.

     

    Un belle victoire pour Tamariki Poerani.

    Interrogé à l’issue de la remise des prix, Francky Tehiva, le jeune chef de troupe de 23 ans, confiait que cette victoire représente “beaucoup de bonheur après trois mois de travail, ça fait plaisir, ça fait du bien”. “L’ambiance qu’on a donné et notre thème… Les éléments, les danseurs, les danseuses, les musiciens, toute l’équipe de Tamariki Poerani a fait que ce spectacle fut beau.” Et pour la suite ? “On verra bien. Mais ce qui est sûr, c’est que Tamariki Poerani n’ira pas au Heiva cette année.”


    Une belle histoire pour un beau spectacle

    Le thème du groupe Tamariki Poerani, écrit par Merehau Anastase, était “Te Tai a Ruahatu – La Vague de Ruahatu”. L’histoire commence avec deux amis, Te-Aho-Roa et Ro’o, résidents de Opoa à Raiatea, qui avaient pris pour habitude d’aller pêcher sur le rocher de To’a Marama, à la passe de Te Ava Rua, sanctuaire de Ruahatu, le dieu de l’Océan. Les lieux, frappés d’interdit, leur garantissaient une très bonne pêche. Un jour, leurs lignes parvinrent jusque dans la grotte sous-marine de Ruahatu. L’un des hameçons atteignit sa tête et s’accrocha dans ses cheveux. Lorsqu’ils remontèrent les lignes, ils y trouvèrent suspendu Ruahatu.

    Le dieu de l’Océan, dans sa colère, promit de châtier tous les habitants de Raiatea en engloutissant l’île dès le soir venu. Promis à une mort rapide, les deux larrons supplièrent le dieu de l’Océan de les laisser partir et mourir avec les leurs. C’est ainsi qu’il leur demanda d’où ils venaient. Apprenant qu’ils venaient de Opoa, où réside Airaro, sa mortelle amante, il fléchit et leur indiqua que le rocher de To’a Marama serait épargné.

    Les deux hommes retournèrent chez eux et firent embarquer sur des pirogues tous ceux qui voulurent donner foi à l’impitoyable nouvelle ainsi que quelques couples d’animaux familiers. Conduits par la princesse Airaro, ils rejoignirent le rocher de To’a Marama. Ils tombèrent tous dans un profond sommeil pendant que l’eau montait, submergeant l’île. À leur réveil, le niveau de l’eau commençait à baisser. Ils purent ainsi regagner leur île ravagée.


    Le palmarès :

    Catégorie Hura tapairu :
    1er prix : Tamariki Poerani de Makau Foster
    2e prix : Hei Tahiti Tapairu de Tiare Trompette
    3e prix : Hei Toa Nui de Heirani Salmon

    Catégorie Mehura :
    1er prix : Hei Tahiti Mehura de Tiare Trompette
    2e prix : Tahiti Ora de Tumata Robinson
    3e prix : Hana de Enda Tanseau
    4e prix : Manahere de Poehere Roomataaroa

    Catégorie ‘Aparima :
    1er prix : Tamariki Poerani de Makau Foster
    2e prix : Hei Tahiti Tapairu de Tiare Trompette
    3e prix : Hei Toa Nui de Heirani Salmon

    Catégorie ‘Ōte’a :
    1er prix : Tamariki Poerani de Makau Foster
    2e prix : Hei Toa Nui de Heirani Salmon
    3e prix : Hei Tahiti Tapairu de Tiare Trompette

    Catégorie Pahu Nui:
    1er prix : Tamariki Poerani de Makau Foster
    2e prix : Hei Toa Nui de Heirani Salmon
    3e prix : Mana Atua de Rita Ahu

    ‘Ōte’a ‘āpipiti : Tamariki Poerani – Rainui Rimaono et Manea Kouakou
    ‘Aparima ‘āpipiti : Maro’ura – Manavarii Ravetupu et Maimiti Florentin

    Les prix spéciaux :
    • Te Mau Purotu no Iotefa Peata, pour encourager la jeunesse.
    • Nohorai Temaiana de Tamariki Poerani pour sa composition.


    Retour en images sur la soirée des finales :

    La Maison de la culture a organisé au grand théâtre la 13e édition du Hura Tapairu, concours de danse traditionnelle, du 22 novembre au 2 décembre 2017. Au total, trente-huit formations étaient en compétition et ont offert au jury ainsi qu’au public huit magnifiques soirées de concours, dont six à guichet fermé. Aperçu de la soirée des finales, qui a sacré Tamariki Poerani en over-all et Hei Tahiti en Mehura.

    Tahiti Ora de Tumata Robinson, arrivé 2e en catégorie Mehura.
    Manahere de Poehere Roomataaroa, 4e prix Mehura.
    La formation Hei Toa Nui de Heirani Salmon a présenté un spectacle sur le thème “Mehara : e mate anei e ora anei – Mémoire : trépas ou longévité”, qui lui a valu la 3e place en over-all.
    Hana, la nouvelle formation d’Enda Tanseau, a remporté le 3e prix en catégorie Mehura.
    Hei Tahiti de Tiare Trompette a également remporté le 1er prix en catégorie Mehura grâce à son “Ode à la vie, hymne à l’amour”.
    La troupe Hei Tahiti de Tiare Trompette avait présenté un spectacle frais, coloré et original, comme à son habitude, sur le thème “Ainsi va la vie… – Te huru te reira o te orara’a”.

    Retrouvez le SportsTahiti MAG’ 4 ici et toutes les photos ici

    L’actualité sport et culture c’est aussi sur www.sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »