• SportsTahiti MAG’ : ‘Amuitahira’a Tu’aro Maohi, Une fédération “Sport, héritage et culture »

    Jeudi 26 Juillet 2018 – Reflets de la dextérité et de la puissance polynésienne, les tū’aro mā’ohi ou sports traditionnels sont un élément de notre culture qui perdurent et continuent d’attirer la foule à chaque manifestation comme le heiva tū’aro mā’ohi organisé chaque année au mois de juillet. Ces disciplines sportives qui font partie intégrante de notre patrimoine culturel ont toujours le vent en poupe puisque 876 athlètes issus de 28 associations répartis sur l’ensemble des 5 archipels sont licenciés au sein de la Fédération ‘Āmuitahira’a Tū’aro Mā’ohi (FATM).

    Historique de la fédération, disciplines représentées, les grands moments de l’année… sont autant de questions qui ont été posées par Sportstahiti Mag’ à Enoch LAUGHLIN, président de la FATM :

    Peux-tu nous présenter la fédération ?

    « La F.A.T.M est née le samedi 20 décembre 2003 suite au regain d’intérêt pour les sports et jeux traditionnels et à une demande commune faite par des associations et des personnalités. Dès la fondation de notre fédération sportive pluridisciplinaire, nous avons souhaité développer, certes, le volet sportif mais aussi culturel et patrimonial car nous voulions continuer de faire vivre ou revivre des activités ludiques et sportives héritées de nos Tupuna. Les sports pratiqués au sein de la fédération sont : pātia fā / le lancer du javelot, ’āmora’a ‘ōfa’i / le lever de pierre, puha / la préparation du coprah, tīmau rā’au / la course de porteurs de fruits, pa’umara’a ha’ari / le grimper au cocotier, Va’a Tā’ie / la pirogue à voile. Il y a aussi les jeux traditionnels, essentiellement te Tītīraina (pirogue à voile miniature) et te rore (les échasses). »

    Quels sont les grands moments Tu’aro Mā’ohi de l’année ?

    « Notre calendrier local s’articule autour d’événements dans les archipels (championnats locaux, sélections), et sur l’ensemble du Pays avec le Championnat de Tahiti, le Heiva Tu’aro Mā’ohi, et le Matari’i Toa Nui. A cela, il faut rajouter de nombreuses prestations auprès des municipalités, de grands établissements hôteliers, des organismes administratifs comme le GIE Tahiti Tourisme ou autres. »

    Nos athlètes participent–ils à des compétitions internationales ?

    « Depuis quelques années nos disciplines et nos athlètes commencent à s’exporter notamment à Hawai’i avec notamment le Heiva I Waikiki, et en Californie. Il faut noter aussi que le Heiva Tu’aro Mā’ohi s’internationalise avec l’invitation de délégations qui sont devenues fidèles à ce rendez-vous au cours des dernières éditions : Cook Islands, Nouvelle-Zélande, Hawaii, Rapa Nui, Tonga, Samoa, Fidji, nouvelle Calédonie etc. »

    Je veux me lancer ? Comment je fais ?

    « Il est possible de contacter la FATM directement, par téléphone : 87 77 09 05 (Président), par FAX au : 40 450 470, par Email : enoch@mana.pf ou par courrier classique : AMUITAHIRAA TU’ARO MA’OHI – BP 9119 MOTU UTA 98715 TAHITI. Toute personne intéressée sera alors conseillée et dirigée vers l’association ou le club le plus proche de son lieu de résidence et pouvant répondre à ses aspirations (discipline, compétitions, formation, etc.). »

    3 questions à Eriatara Ratia dit « Géant », champion de polynésie de lever de pierre de 160 kg (la plus lourde) depuis 2010.

    On aimerait en savoir un peu plus sur le colosse des sports traditionnels.

    « J’ai 33 ans. Je pratique le lever de pierre depuis 2006 grâce à mon oncle Rodrigue TEINAORE. Mon père est de Tupua’i et ma mère de Nuku hiva. Ma grand-mère est de Rurutu et elle soulevait la pierre aussi. »

    Ton palmarès et ton entraînement ?

    « De 2008 à 2009, j’ai été champion de Polynésie de lever de pierre (120 kilos). Depuis 2010, je suis champion de Polynésie de lever de pierre (160 kilos) et détenteur du record de Polynésie en 3 secondes et 60 centièmes ! En 2016-2017, j’ai gagné le Heiva à Hawaii dans la catégorie Open (pierre à 130 kilos) devant près d’une centaine de participants issus de tout le Pacifique. J’ai aussi été le seul à soulever la plus grosse pierre de chez eux qui pèse 187 kilos.
    Je m’entraîne du mois de février au mois d’octobre à raison de 2 entraînements hebdomadaires de 2 heures où j’alterne lever de pierre et musculation avec mes partenaires du club de Nahiti. Nous faisons beaucoup de renforcement au niveau des jambes qui sont très sollicitées durant le lever de pierre. Je fais moi-même mes programmes avec les copains. Côté alimentation, je fais juste attention à me maintenir à mon poids de forme (127 kilos). »

    Qu’est-ce que tu aimes dans le lever de pierre ? 

    « J’aime bien taquiner mes amis sportifs à ce sujet et notamment mon grand copain Kevin CERAN JERUSALEMY. Souvent, les sportifs locaux doivent courir, ramer, galérer des heures durant pour gagner un price money de quelques mille francs alors que moi, à chaque Heiva je gagne 70 000F en 3 à 4 secondes maximum ! Qui peut faire mieux  (rires) ? Blague à part, j’adore le fait de devoir concentrer toute ma force, mon dynamisme sur un temps très court. C’est l’intensité de ce moment qui me passionne !
    Je pense prendre ma retraite sportive dans 2 ans et j’espère qu’avant cela, nous allons concrétiser notre projet avec la fédération de monter les championnats du monde de Tū’aro mā’ohi !

    Retrouvez le SportsTahiti MAG’ #6 ici

    Tout le sport au Fenua, c’est sur www.sportstahiti.com.

    Rahiti BUCHIN

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »