Sports Tahiti

Portrait – Teva Poulain, du Waterman au Triathlon

Lu 1 393 fois

Âgé de 33 ans, Teva Poulain est un véritable mordu de sport. Si à 5 ans déjà, il faisait de la compétition, le jeune homme vit encore aujourd’hui au rythme des « compètes ». Voile, cyclisme, natation, course à pied, paddle, prone, Waterman… Teva est un touche-à-tout qui se débrouille vraiment pas mal ! Aujourd’hui, sportstahiti vous emmène donc à la rencontre de ce jeune instituteur accro au sport. Interview :

L’année dernière, tu étais plus sur le Waterman, donc dans l’eau et aujourd’hui, on te retrouve sur d’autres disciplines ?

Teva poulain, lors du WTT 2016. – @noni Energy

Depuis cette année, j’ai décidé d’arrêter le Waterman pour me mettre au triathlon et comme il n’y a pas beaucoup de courses dans l’année… Je suis obligé de faire les courses à pied, les courses de natation et les courses de vélo. Je fais du sport depuis tout petit et à chaque fois, je me spécialise dans une discipline sauf depuis que je me suis lancé dans le Waterman. Depuis le Waterman, je suis obligé de m’entraîner à plusieurs disciplines en même temps. Je pense que le fait de m’être entraîné en natation, en prone et en paddle ça va bien m’aider pour le triathlon… Puisque du coup dans la journée, je suis obligé de faire les 3 sports en entraînement.

Et au niveau des entraînements justement, ça se passe comment ?

« Au départ, je faisais un entraînement à 5 heures du matin, un le midi et un autre le soir. Depuis que j’ai mon bébé, ça fait 2 ans maintenant, je ne peux plus autant m’entraîner, je n’en fais que deux ! Il se trouve que malgré ce changement, mes performances n’ont pas chuté. Je pense qu’après, c’est à chacun de se faire des entraînements spécifiques ! Les résultats restent les mêmes ou peuvent même s’améliorer si les entraînements sont vraiment réfléchis. »

« Le sport, c’est assez scientifique … »

« Je m’entraîne seul donc mon seul partenaire, c’est mon cardio-fréquence mètres… J’ai un carnet d’entraînement, je note tous les jours des chiffres, des calculs… Je suis tout le temps en train de chercher à améliorer mes performances… C’est presque des mathématiques, on se casse la tête et du coup au fur et à mesure de l’année ça fonctionne parce qu’on ne fait pas ça pour battre un copain ou quoi… On se bat déjà contre soi-même et ça fonctionne bien quoi »

Si pour Teva le sport, c’est, bien sûr, les entraînements, il n’en oublie pas pour autant l’essentiel et n’hésite pas à nous confier que son repère c’est sa famille ..

Teva entouré de sa famille

 » J’ai appris au fil du temps, que dans le sport, ce n’est pas forcément le fait de t’entraîner plus, qui te rendra meilleur… C’est un tout en fait ! Il y a l’alimentation qui est importante, on va chercher, on se documente. Il y a aussi tout ce qui est récupération, c’est très important aussi ! Et puis il y a l’entourage, il faut que la famille soit avec toi parce que tout seul, ce n’est pas évident. La famille, c’est le repère quand tu t’entraînes seul. Je voudrais d’ailleurs remercier ma femme qui me soutient moralement, mais aussi financièrement dans ce que j’entreprends … C’est mon premier sponsor (sourire)!

Un dernier mot, un conseil de sportif à donner aux personnes qui nous lisent aujourd’hui ?

« Ça ne sert à rien de s’éparpiller, sinon on risque d’être médiocre ou moyen partout. Peu importe ce que tu fais, peu importe ce que tu pratiques, c’est complémentaire, je conseillerais au gens de faire ce qu’ils veulent, si vous voulez aller marcher, allez marcher ! Si vous allez à la mer en famille, vous pouvez nager un peu si vous voulez ! Ne vous forcez pas à faire des choses dont vous n’avez pas envie … Faite, ce qui vous plaît ! »

Retrouvez l’ensemble de l’actualité sportive du Fenua sur sportstahiti.com

You must be logged in to post a comment Login

Poster un commentaire

Translate »