• Portrait – Raiarii Vonbalou : « Tout le monde est reparti de zéro avec la pluie »

    Vendredi 22 septembre 2017 – Raiarii Vonbalou a 23 ans, il a débuté le motocross à 13 ans, il est champion de Polynésie depuis neuf ans et le weekend dernier, il a remporté l’édition 2017 de la Pacific Cup Cross. Il est venu à bout de Trent Collins, un champion néozélandais. Le champion nous parle de ses futurs objectifs dans le moto cross, de l’évolution de la discipline à Tahiti et revient sur ses deux journées de compétition.

    Lors de la première journée de compétition, une forte pluie est venue ajouter des difficultés, comment as-tu géré ça ?

    « Tout le monde est parti à zéro avec la pluie. il fallait tout le temps s’adapter, le terrain se détériorait à chaque manche. À la première manche, j’ai eu un incident : j’ai reçu de la boue sur mes lunettes. J’ai essayé de me rapprocher de Trent, il avait vraiment imposé une vitesse élevé. Il fallait que je me rapproche de sa vitesse et que je tienne le coup. La première journée je suis resté derrière pendant les premières manches, sauf à la troisième. Ensuite, j’ai chopé le truc. »

    Que penses -tu de cet adversaire néozélandais ? 

    « Il est jeune je crois qu’il n’a que 17 ans. Il a eu un bon palmarès en Nouvelle-Zélande. C’est pas mal pour la Polynésie. C’est ce qui faut : des jeunes qui montrent le niveau et qui l’élèvent. Je ne m’étais pas vraiment préparé pour cette course. je me suis dit que j’y allais comme ça. Je ne m’attendais pas du tout à gagner. Je suis content d’être passé devant lui, ça veut dire que j’ai un bon niveau. »

    Quels sont tes prochains objectifs ?

    « Là pour l’instant, ça va être un peu compliqué, il y aura deux courses mais mes concurrents ne seront pas là. Mais j’ai un projet sur le long terme. L’année prochaine j’ai prévu de faire quelque chose avec la Fédération. Je veux suivre une formation en métropole pour exercer le métier de moniteur de motocross. Ça va permettre d’élever le niveau de Tahiti et ça ne peut que me faire que du bien. J’aurais plus de temps libre pour le sport. »

    Que penses-tu de l’avenir du motocross à Tahiti ?

    « Pour l’instant, il y a plein de jeunes qui se lancent. C’est la relève. il y a du potentiel mais il faut les encadrer. Les parents sont eux aussi motivés. Mais il faut que quelqu’un encadre ces jeunes. Personne ne les entraîne et ils se retrouvent du coup  à apprendre par eux même, ce qui les décourage quelques fois. »

    Tu as des remerciements ?

    « Je remercie les sponsors et ceux qui m’aident. Je remercie Yamaha Tahiti de m’avoir prêté ma moto pour la compétition. Je remercie aussi Roberto Gym et Francis Kong Léon, qui m’aide beaucoup financièrement. »

    Retrouvez tous les portraits sur sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »