• Musculation – Oleg Leontieff : « Je veux devenir le n°1 et reprendre le flambeau de mon père »

    Oleg Leontieff, 30 ans, est comme qui dirait tombé dans la marmite du Body-Building quand il était petit. Fils de l’illustre champion Igor « The Machine » Leontieff, c’est grâce à lui et au partage de sa passion, qu’Oleg s’est lancé sérieusement il y a plus de 2 ans maintenant à la salle de Roberto Gym. Et à force de volonté et de travail, il a remporté la médaille d’argent à la dernière compétition IFBB Tahiti Nui CupQualifié de nouvelle étoile de la discipline par son père, Sportstahiti.com vous propose l’interview de ce golgoth polynésien.

    Oleg est médaillé d'argent à la Tahiti Nui Cup 2016.
    Oleg est médaillé d’argent à la Tahiti Nui Cup 2016.

    Ia ora na Oleg, qu’est ce que tu aimes dans la musculation ?

    C’est de sans cesse repousser les limites de notre corps, que ce soit en terme de diététique, de nutrition et d’entrainement. De voir jusqu’où mon corps peut m’amener, et tout ce que je peux développer.

    Qu’est ce que tu trouve le plus dur ?

    C’est l’intensité des entrainements, qui augmente de plus en plus à chaque fois que tu as une dead line, comme des compétitions… Par exemple pour la IFBB Tahiti Nui Cup 2016 qui vient de s’achever au début du mois de novembre, je me prépare depuis le mois d’avril, côté nutrition et diététique.

    Lors de son passage sur la scène de l'Otac.
    Lors de son passage sur la scène de l’Otac.

    Est ce que tu peux nous parler de tes entrainements ?

    Déjà je suis coacher par un grand athlète qui est Tauhiro Yip. Je travail tous les jours, deux fois par jour, du lundi au dimanche, sans jours de repos. J’ai un jours de cardio et tous le reste que de la musculation. On se focalise surtout sur la technique et le travail de contraction.

    Pour avoir un corps comme le tien, il faut forcément passer par une diététique de fer ?

    Oui, c’est obligé. Mais contrairement à la plupart des gens, ce n’est pas la partie que je trouve le plus difficile, de gérer sa nourriture. Bon sauf les 4-5 derniers jours avant la compétition, là c’était quand même hot, parce que je n’ai quasiment rien mangé et rien bu.

    Mais du coup tout tes efforts ont payé ?

    Oui je fini médaillé d’argent en musculation à la IFBB Tahiti Nui Cup 2016. C’est la première compétition de toute ma vie, et je suis très content du résultat. Je finis derrière Anthony Bac, et je savais qu’il remporterait la médaille d’or parce qu’il a une meilleure plastique, avec une maturité de muscles que je n’ai pas encore. Mais bon je suis très content et je ne compte pas m’arrêter là.

    Il finit juste derrière l'expérimenté Anthony Bac.
    Il finit juste derrière l’expérimenté Anthony Bac.

    Quels sont tes prochains objectifs ?

    Mon prochain objectif c’est les Jeux du Pacifique en 2019. Avant je participerais peut-être à une autre compétition IFBB, mais pour l’instant je vais faire une prise de masse ces prochains mois! (sourire)

    Qu’est ce que t’apportes la musculation dans ta vie quotidienne?

    Tu sais la musculation, c’est un but, c’est ma passion. Je veux devenir le numéro « Un » de la discipline, reprendre le flambeau de mon père, et suivre ses traces. Bon je ne pourrais jamais avoir son palmarès, mais je vais tout faire pour l’égaler.

    Igor Leontieff entouré de Roberto et Mike Cowan.
    Igor Leontieff entouré de Roberto et Mike Cowan.

    Oleg, pour terminer, quel est ton conseil aux sportifs de sportstahiti.com ?

    Peux importe comment vous êtes, vous pouvez devenir qui vous voulez. Rien est impossible, il faut juste le vouloir et se donner les moyens d’atteindre ses objectifs. N’importe qui peut devenir le premier Men’s Physique, ou le premier Body-Builder, il faut juste la volonté. J’en profite pour remercier mon père, de m’avoir transmis sa passion, et aussi sa génétique (rires) ! Ma famille. Ensuite mon coach Tauhiro Yip, il m’a poussé au delà de mes limites. Je pense aussi à Roberto, merci de nous fournir une salle aussi performante. Et enfin un remerciement spécial à ma femme, qui m’a suivi, soutenu, supporté, qui a fait mon ma’a… Pour gagner une compétition il faut être deux, et si je suis là, c’est grâce à elle.

    ifbb-221

    Igor et sa soeur, juste après les résultats.
    Igor et sa soeur, juste après les résultats.

    Retrouvez toutes les photos de l’interview dans la galerie :

    Suivez l’ensemble de l’actualité sportive du Fenua sur sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »