• Portrait – Johan Guy : Le Yamakasi de la Pôle Dance au Fenua !

    Johan Guy à 35 ans. D’origine coréenne, ce gymnaste de formation c’est rapidement spécialisé dans le « parkour », un sport rendu célèbre grâce aux Yamakasi et qui consiste à se déplacer de manière spectaculaire grâce à des acrobaties urbaines. Calme et réservé aux premiers abords, son talent lui a permis de côtoyer des stars telles que Kylie Minogue, et surtout d’intégrer la prestigieuse troupe du « Cirque du Soleil ». Il passera près de 10 ans à Las-Vegas sur le show « KA » du MGM Grand, avant de revenir en Métropole avec sa moitié, Lena, aussi acrobate de génie. C’est grâce à elle qu’il découvre la Pole Dance, et trouve ainsi sa voix de reconversion. SportsTahiti est allé à la rencontre de ce Yamakasi qui casse les préjugés.

    Johan Guy, le Yamakasi de la Pole Dance
    Johan Guy, le Yamakasi de la Pole Dance

    Ia ora na Johan, comment tu es arrivé à Tahiti ?

    Je suis arrivé à Tahiti il y a 5-6 mois, un peu par hasard avec ma copine. On revenait de cette aventure à Las-Vegas, et en France une amie nous a parlé de Tahiti. Donc on a décidé de venir ici. Et j’ai commencé la pole dance sérieusement en arrivant, depuis 6 mois.

    Qu’est ce qui te plait dans ce sport ?

    Ce qui me plait, c’est le côté travail des différentes souplesses. Ensuite par rapport à moi c’est vraiment une question de reconversion parce que dans le « parkour » on travaille essentiellement le bas du corps et tu encaisses énormément dans les jambes. Donc tu ne perdures pas. A 35 ans c’est bien de penser à autre chose, surtout si tu veux continuer dans le sport. Donc je me suis dit que c’était un bon moyen de développer le haut du corps et de continuer les spectacles.

    Le parkour est le fait de se déplacer grâce à des acrobaties urbaines.
    Le parkour est le fait de se déplacer grâce à des acrobaties urbaines.

    Est-ce que c’est difficile ?

    Travailler à la barre, c’est dur. Les premières fois ça fait super mal, surtout quand ta peau frotte contre le « pole ». Quand ça racle ! Aïe, surtout que je suis assez sensible…(rires) Non mais franchement bravo aux filles pour ça, parce que c’est une douleur que beaucoup d’homme ne supportent pas, enfin particulièrement moi. Mais bon après ça va, on est des hommes ! (rires)

    Est-ce que qu’il y a beaucoup d’homme justement qui viennent faire du Pole Dance ?

    A Tahiti il n’y en pas encore beaucoup qui pratique pour l’instant. Je pense que c’est à cause du cliché « Strip Club » et sexy. C’est un monde que l’on pense exclusivement réservé aux femmes mais pas du tout. Et une fois qu’on aura dépassé ce cliché ça ira mieux. Il y a beaucoup de jeunes que cela intéresse notamment dans le monde du Street Work Out. Et finalement la pole dance est très proche du parkour, donc j’espère qu’avec le temps ça va bouger et que cela inspirera les jeunes.

    Sur une plage de Moorea lors d'un Beach Pole Camp.
    Sur une plage de Moorea lors d’un Beach Pole Camp.

    Il y a-t-il une figure que tu aimes faire en particulier ?

    J’aime un peu toutes les figures. Mais comme je commence, je n’ai pas encore de figure préférée en Pole Dance. C’est un ensemble de combos que j’essaie de créer, en apportant mon côté acrobatique personnel. Ça permet une approche un peu différente du « Pole ». Parce que si tu veux normalement je devrais faire le double en termes de volume physique pour pouvoir exécuter des figures comme les drapeaux tenus, pompés… Ça demande beaucoup de physique, et ça développe bien aussi.

    Au niveau alimentation, est ce que tu suis un régime spécial ?

    J’aimerais bien te dire oui, pour inspirer un peu les gens ! (rires) Mais non, je ne vais pas mentir, je me fais des macdo, je me fais plaisir… Je ne suis pas de régime particulier, mais je le conseil par ce que c’est important ! (sourires)

    Le Parkours et la Pole dance se rejoignent sur certaines figures.
    Le Parkours et la Pole dance se rejoignent sur certaines figures.

    As-tu des projets en tête ?

    Alors je donne des cours de « Mât Chinois » à l’école M-Pol’Arts. Mais plus tard j’aimerais vraiment bien pouvoir monter quelque chose autour du parkour, surfer sur la vague Yamakasi. Je ne sais pas encore à quelle porte frapper. Surtout qu’il ne me faudrait pas grand-chose, quelques modules, un mur et des matelas pour commencer… et il y aurait possibilité de faire bouger pas mal les gens.

    Enfin, est ce que tu as un conseil pour les sportifs de SportsTahiti.com ?

    Je dirais qu’il y a beaucoup de gens qui passent les étirements, et je trouve ça super important surtout quand on est sportif. Il faut en faire avant le sport en échauffement et en étirements dynamiques, et après la séance pour relâcher les muscles et permettre de récupérer. C’est souvent oublié, et pour moi ça fait au moins 50% de ta récupération, surtout si tu fais un sport régulier.

    Enfin je veux juste lancé un message aux hommes : « Les gars!!! Je donne un cours de Mât Chinois (ou pole) pour hommes chaque lundi à 18h30 à l’école M-Pol’Arts. Alors n’attendez plus et venez vous tester. On va travailler la force, la puissance, la souplesse et l’équilibre ensemble ! »

    Le "Mât Chinois" est un peu comme la Pole Dance, mais pour les hommes.
    Le « Mât Chinois » est un peu comme la Pole Dance, mais pour les hommes.

     

    Retrouver toutes les photo de l’interview dans la galerie :

    Suivez l’Actualité sportive du Fenua sur : www.sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »