• Portrait : Georges Cronsteadt, la rame dans la peau

    Georges Cronsteadt est l’un des meilleurs paddleurs au monde. Actuellement 13ème mondial au classement provisoire du classement SUP Racer, le champion de 36 ans a déjà derrière lui un long parcours professionnel dans le SUP et dans le Va’a. Après s’être adjugé la 4ème place au Air France Paddle Festival samedi dernier, il nous parle un peu de son parcours.

    Qu’est-ce que la rame représente pour toi ?

    « J’ai commencé la pirogue déjà à l’âge de 13 ans et aujourd’hui j’ai 36 ans. J’aime ça, c’est ma drogue. Il me faut ça tous les jours, dès que je me réveille, je pense à la rame, à l’eau, à l’océan. »

    Comment t’es-tu lancé dans le SUP ? 

    « J’ai commencé le SUP avec un copain que je pense tout le monde connait, c’est Raimana Van Bastolaer. Il est bien connu dans le monde du surf aussi. De plus à cause du va’a j’ai eu une hernie discale au dos. Le fait de rester deux heures dans la pirogue me paralysait complètement le dos, je ne pouvais plus bouger après à cause de la douleur. J’avais donc deux solutions : je pouvais soit me faire opérer, continuer le va’a mais me shooter au cortisone pour éviter la douleur, soit faire du stand up paddle. C’est la raison principale pour laquelle je me suis lancé dans le SUP race. »

    Tu as fini quatrième, es-tu satisfait ? 

    « Je suis satisfait de mon résultat, je savais que ça allait être dur. Quatrième, c’est un peu décevant, mais en même temps je suis content. Je vois que le niveau a beaucoup monté. Il y a eu aussi l’évolution des planches. Il faut faire très attention au matériel. ça fait la différence aussi, il n’y a pas que le physique et le mental. Moi j’ai fait avec une planche que j’avais sous la main. Je n’ai pas les moyens de m’acheter une planche neuve. Je remercie déjà mon sponsor pour ce qu’il me donne. »

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »