• PSM : Tahiti prend la 2ème place du tournoi interpacifique

    Mercredi 18 Avril 2018 – Le traditionnel  au tournoi interpacifique s’est déroulé à Oahu-Hawaii le 10 et 11 avril sur les côtes ouest et sud de l’île. Notre équipe tahitienne, forte de sa victoire l’année dernière à Guam, s’était préparée sereinement pour cet évènement qui sert de sélectives pour le mondial.

    Malgré une bonne préparation physique et une équipe expérimentée, notre sélection n’a pas réussi à s’imposer et a dû laisser le trophée aux Calédoniens. Sur les 4 zones prévues initialement, les zones de kahala (sud) et de Waianae (ouest) ont été retenues en raison d’un fort vent d’est et d’une grosse houle du nord. Ces zones s’étendaient au large sur plus de 3 kilomètres et les pêches se sont fait essentiellement sur des récifs artificiels (blocs de béton coulés pour servir d’habitat aux poissons) et des épaves. La liste des poissons proposée par l’organisation était très technique puisque pour certaines espèces, seule 1 prise (‘Ahuru, ‘āpa’i, mata ‘ana’ana,…) était possible par équipe (4 pêcheurs) alors que pour d’autres le nombre était illimité (espèce invasive comme le roi, tō’au, ta’ape,… ou pélagiques comme le paere, ‘ā’ahi,…).

    Ce tournoi a été marqué par la percée de l’équipe de Guam qui monte sur le podium pour la première fois. Les guaméens, pourtant peu mobiles, ont sorti de très belles pêches composées essentiellement de roï et de tō’au. Ils se sont permis le luxe de battre notre équipe sur une manche mais aussi de battre la nouvelle-zélande au général alors qu’elle fait partie des nations fortes de ce tournoi (2ième l’année dernière).

    © Rahiti Buchin / 3ième l’année dernière, les calédoniens ont dominé ce tournoi

    Sur la zone de Waianae :

    Nos deux équipes se répartissent sur la zone. Dell et Rahiti doivent retrouver un tombant et concentrer leur pêche sur des espèces rares (‘āpa’i, mū,…) et des grosses prises (‘uruati,…). Teva et Tepou doivent eux osciller entre les amas de béton et les épaves pour dénicher des roï et des tō’au. Hélàs et comme bien souvent en compétition (étant donné les nombreux passages des équipes durant les repérages), au passage de nos équipes le poisson repéré n’est plus là. Si Dell et Rahiti commencent bien leur pêche en enchaînant rapidement 2 belles prises devant une équipe néozélandaise, la suite sera beaucoup plus difficile. Ils préfèrent rebrousser chemin et revenir en milieu de zone sur les épaves et les récifs artificiels. A la moitié du temps imparti (6 heures), les 4 tahitiens n’ont que 5 prises et peinent à remplir leur bac malgré les conseils avisés de leur capitaine. Heureusement, ils ne lâchent rien et arrivent à prendre une prise par ci et là dont un gros pa’a’aihere nīnamu piqué par Teva et Tepou. Au retour à la bouée de départ, le directeur de la compétition laisse sous-entendre que les pêches ont été difficiles pour l’ensemble mais rien ne filtre du côté de chaque équipe. La pesée confirmera, qu’en effet, les pêches ont été difficiles pour tous. Seules 3 équipes dont nos tahitiens présentent plus de dix prises valables. Les calédoniens prennent la tête du classement provisoire avec 14 prises soient 2 de plus que les tahitiens.

    © Rahiti Buchin / les Guaméens ont étonné de par la qualité de leur pêche durant les 2 journées.

    Sur la zone de Kahala : les pronostics annoncent des meilleures pêches. En effet, la zone est reputée plus poissonneuse mais les courbes de marées annoncent un fort courant et devraient rendre les prospections difficiles. Sur les conseils de pêcheurs locaux, Teva et Tepou sont envoyés sur une zone de plongée en bouteille proche du rivage tandis que Dell et Rahiti doivent concentrer leur pêche sur les épaves et les amas de béton. Là encore, tout commence bien pour Tahiti qui alignent 3 prises dès la première heure. Mais petit à petit le courant forci et les pêches à trous deviennent de plus en plus difficiles. Malgré cela, Dell et Rahiti sortent un ‘uruati de plus de 20 kilos d’une épave mais perdent une grosse carangue bleue qui servira de repas à des puhi affamés. Au bord, le poisson est très fuyant et les prises sont souvent trop petites. Malgré leur acharnement, les tahitiens doivent se contenter de seulement 9 prises. La Calédonie présentera une pêche exceptionnelle de 20 prises et gagne le tournoi haut la main devant notre équipe. Les éternels adversaires des tahitiens, 3ième l’année dernière, ont été plus efficaces sur ce type de pêche. L’année prochaine, les équipes se retrouveront à Aden en Australie.

    © Rahiti Buchin / les tahitiens se font des frayeurs pour sortir ce upo’o rahi d’une épave.

    Condoléances : la Fédération transmet ses sincères condoléances aux familles des 2 pêcheurs décédés tragiquement ces dernières semaines. Elle rappelle l’importance de pêcher à deux et d’apprendre les rudiments de la sécurité en chasse sous-marine avec des pêcheurs confirmés.

    Remerciements : la fédération remercie chaleureusement les familles tahitiennes (Uratua QUONIOU – YVAN et la famille COLEMAN) qui ont accueilli notre délégation chez eux . De même pour le Pays, Yann de Sin tung hing marine, la marque PATHOS, Pacific Sub et toutes les personnes qui ont soutenu notre équipe. Māuruuru maita’i !

    La venue de nouvelles fines flèches : les néozélandais et les calédoniens ont présenté beaucoup de nouveaux compétiteurs qui ont soient participés, soient aidés leur équipe durant les repérages.

    Suivez les performances de nos aito à l’international sur www.sportstahiti.com.

    Rahiti BUCHIN

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »