• Judo : Rauhiti Vernaudon, première judokate polynésienne à intégrer le collectif national de l’Insep

    Rauhiti

    La championne Rauhiti Vernaudon, du haut de ses 19 ans a déjà un parcours dans le Judo de haut niveau impressionnant. Et la tahitienne franchit une étape de plus en devenant la première polynésienne à intégrer le Collectif National de l’Institut National du Sport, de l’Expertise et de la Performance en Métropole pour la saison 2017-2018. « C’est un honneur pour moi et ma famille ! » souligne t-elle. Focus sur cette championne qui s’est donnée les moyens d’arriver là où elle est !

    Ia ora na Rauhiti, peux tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

    Ia ora na tout le monde, je m’appelle Rauhiti et suis originaire de la commune de Arue. Depuis 2014, je suis licenciée au Club de Vénus Judo, autrement avant j’étais à Arue (EJJP). ​J’ai commencé le judo à l’âge de 8 ans à Arue avec Nicolas TIVANT et Arnaud BERTRAND, avant de rejoindre le club de Bernard DI ROLLO.

    Cela fait maintenant 4 ans que je suis en France, ou j’ai continué dans le club de Sainte Genevieve Sport, tout en intégrant le pôle espoir de Brétigny en 2013, puis le pôle France de Strasbourg en 2015. Et maintenant l’INSEP en 2017. 

    Comment ça se passe ne France pour toi ?

    Depuis mon arrivée, je marche assez bien en compétition malgré une luxation à l’épaule dès mon entrée à Brétigny, suivi d’une opération, qui m’a coûté ma saison (en cadette 2). En cadette 3, je termine au pied du podium des championnats de France. Puis l’année d’après, je prends une 3ème place au France Junior. Et cette année, je décroche un titre de vice championne de France junior. Sinon, au cours des deux dernières années, j’ai eu l’occasion de faire des compétitions internationales avec le Pôle France de Strasbourg et mon club de Sainte Geneviève. Quelques résultats :

    • 3ème à l’European Cup en Pologne (Juillet 2017),
    • 3ème au tournoi international de Bad Blankenburg, Allemagne (Février 2017),
    • 3ème au tournoi international de Arlon, Belgique (Mars 2017)
    • 2ème au tournoi international de Aix en Provence (Décembre 2016).
    Rauhiti
    Avec Krystal, un autre espoir du judo polynésien à Paris © Rauhiti Vernaudon

    C’est grâce à ton parcours que tu intègres l’Insep ?

    Oui, c’est la confirmation de mes résultats en compétition tout au long de cette année. Être la première judokate polynésienne à intégrer le Collectif National de l’INSEP, c’est un honneur pour moi et ma famille. Car tout n’a pas été simple quand je suis arrivée en métropole. Mes parents ont du faire un énorme sacrifice pour m’accompagner dans ma volonté de vouloir partir en France pour poursuivre mon rêve de Judokat, tout en poursuivant mes études (d’ailleurs c’était la conditions). Sans aucunes aides, ma mère s’est débrouillée seule pour résoudre les démarches administratives et me permettre d’intégrer le lycée et le pôle espoir de Brétigny. Au final, ce qui compte, c’est le résultat. Je n’ai rien lâché depuis le début, que ce soit à l’école ou au judo, au contraire je me suis battue pour en arriver là.

    Maintenant, j’entre sur un nouveau terrain, car en m’entraînant à l’INSEP, nous pouvons rencontrer toutes catégories d’âges … Je peux prendre des filles âgées de 18 ans, tout comme des jeunes femmes de 30 ans qui ont des expériences internationales et mondiales. Je suis très heureuse de pouvoir m’entrainer avec ce genre de profil, car c’est en nous confrontons à ce type de profil que nous progressons rapidement.

    Quels sont tes projets pour cette année ?

    Grâce à mon club de Sainte Genevieve Sport, je vais pouvoir poursuivre une formation en BPJEPS Judo, pendant un an, au CFA (Centre de Formation d’Apprentis) du Parc des Princes. Cela me permettra de donner des cours de Judo. De plus, l’année prochaine, j’aimerai poursuivre mes études en m’inscrivant en STAPS, afin de devenir professeur de sport, si le temps ainsi que mes capacités me le permettent. ​Jusqu’à présent, mon rêve était de monter sur une marche du podium des France et de décrocher une sélection nationale. Au cours des deux dernières années, j’ai réussi à atteindre cet objectif. Maintenant, je vais essayer de me donner les moyens pour décrocher plus de sélections nationales afin de gagner en expérience internationale, et pourquoi pas aller chercher le titre de championne de France.

    As tu des remerciements championne ?

    Pour toutes ces années, j’aimerai tout particulièrement remercier mes parents ! Sans eux, je n’aurai pas pu vivre et accomplir ce rêve. Je les remercie pour leur patience et leur disponibilité. Ensuite, j’aimerai remercier tous les amis de e2e (Paris 5ème), qui ont eu l’occasion de venir me soutenir lors de mes derniers championnat de France Junior (2017), et qui m’encouragent depuis mon arrivée en France. Ensuite, je tiens à souligner le soutien de tous les entraineurs qui m’ont suivie depuis mon arrivée en France. A savoir, Nicolas TIVANT et sa femme Laetitia WUILMET, Arnaud BERTRAND, Cyril GAUDEMER, Edwige GILLEMOT (Pole espoir de Brétigny), Nicolas MOSSION et sa petite famille (pole espoir de Brétigny), Edouard GINGREAU et tous les entraineurs de SGS, Eric DESCHAMPS (Pôle France Strasbourg) et Yacine DOUMA (Pôle France de Strasbourg). Et sans oublier Bernard DI ROLLO (Vénus), qui assure la promotion du judo polynésien tout en nous valorisant après chaque tournoi où nous nous sommes démarqués.

    Enfin Rauhiti, quel conseil tu pourrais donner aux jeunes sportifs du Fenua ?

    Le conseil que je peux vous donner est le suivant : Vivez ce que vous avez envie de vivre et donnez vous les moyens pour y arriver. ​En effet, quoique vous puissiez faire ou rêver de faire, commencez-le. N’attendez pas qu’il soit trop tard pour regretter vos choix.

    Suivez les performances de nos Aito à l’international sur www.sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »