• Focus MMA – Flore Hani : Objectif intégrer l’UFC en 2020

    Jeudi 11 avril 2019 – La guerrière d’Arts-Martiaux Mixtes (MMA) Flore Hani est pleine de ressources et de projets. Mais son but ultime est d’intégrer l’élite de sa discipline : l’Ultimate Fighting Championship. Le rêve de tous les combattants polynésiens, c’est d’atteindre l’élite ! Et ce rêve, elle pourrait le réaliser d’ici 2020. Elle qui se donne les moyens d’atteindre ses objectifs en s’entraînant actuellement aux USA dans la team professionnelle de Colin Oyama en Californie. Focus sur l’actualité de notre Aito Hine avec son agent Avaro Neagle de Tahiti Sport Management, et son coach Colin Oyama.

     

    Ia ora na Avaro, peux-tu nous parler de l’actualité de Flore ? 

    A son retour de Paris l’année dernière, elle a voulu se concentrer pour monter son club  : SPHERE MMA TAHITI, avec mon aide. La salle se situe en face du collège Tipaerui pour les ados / adultes les mardis, jeudis soir et samedis matins. Elle a aussi développé une section à Mahina chez Venus Judo les lundis et mercredis pour enfants à partir de 8 ans, ados et adultes. Son club est affilié à la FPLDA (Fédération Polynésienne de Lutte et Disciplines Associées).

    L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout, montagne et plein air

    En parallèle, elle a aussi dû gérer sa société SPHERE TAHITI. Et maintenant qu’elle est en déplacement, Flore a mis en place un système de remplacement avec des coachs qualifiés dans différentes techniques : lutte, pied poing et MMA. Parce que là, elle est actuellement aux USA dans la team de Colin Oyama, qui a 20 ans d’expérience et il est situé à Irvine en Californie. Elle a intégré l’équipe pro depuis fin Janvier. Le site The Sportster a classé la team oyama parmi les team du top 20 mondial (https://www.thesportster.com/mma/top-20-mma-camps-and-gyms/)

    Flore a la chance de s’entrainer avec des combattants UFC comme entre autre Carla Esparza (1iere championne invicta et UFC à 52 kg), Marlon « Chito », Alex Perez, Louis Smolka, Brent Premius former Bellator lightweigh champion…

    Quelles sont ses dernières news ?

    Flore avait signé un contrat avec l’INVICTA il y a 1 an et demi, la plus grosse organisation féminine et top 5 des organisations mondiales, vraie antichambre de l’UFC. On a eu des problèmes de compréhension sur l’obtention du visa avec les promoteurs de l’Invicta du coup cela nous a fait perdre 1 an.

    En effet, il faut savoir que les combattants pro de MMA ne peuvent pas combattre légalement sauf s’ils ont un titre de séjour (carte verte, visa athlète p1…). Des combats pros ne peuvent absolument pas se faire légalement sans ses documents car il y a des impôts à régler au gouvernement américain.

    C’est grâce à Colin que nous avons ont pu avancer pour son titre de séjour car la team a un avocat et avec son aide, Flore a pu mettre en route les démarches pour un renouvellement de sa carte verte. (Flore a travaillé pour l’OTAN aux USA et a donc déjà eu une carte verte, il suffit de faire une demande de renouvellement) C’est important d’être clean au niveau de l’immigration américaine pour pouvoir prétendre combattre dans des organisations sérieuses.

    L’image contient peut-être : 8 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

    Mais cela n’est pas donné, coût de l’avocat 70.000 Cfp et on n’a pas encore payé l’immigration. Le coût total estimé 100.000 Cfp. Selon l’avocat Flore va avoir des nouvelles vers le milieu d’année. Il a fallu quelques mois pour régler les formalités administratives et médicaux car les examens médicaux doivent se faire aux USA uniquement pour un coût pour Flore de 81.000 Cfp.

    Quels sont ses futurs objectifs ?

    Cette année, le plan de son coach est de lui organiser quatre combats qu’elle gagnerait pour rattraper sa défaite de l’an dernier. « Pour une défaite il faut quatre victoires, elle doit travailler son sol et faire quelques réglages, je sais ce que je fais »  indiquait Colin Oyama.

    En attendant d’avoir sa carte Verte, le coach n’a pas d’autres choix que d’essayer de la faire combattre dans une organisation plus modeste comme le Cali Cage War, réputée pour ne pas être trop pointilleux sur les documents d’immigration.

    « C’est malheureusement une réalité, je dois d’abord être sûre à 100% de la victoire de Flore. Quand elle sera en règle pour l’immigration je peux la faire combattre sur des organisations plus sérieuses en Californie ou l’Invicta puisqu’elle est encore sous contrat » terminait Colin.

    Mais c’est surtout l’UFC que le coach prévoit pour elle l’année prochaine ! « Elle a le potentiel pour l’UFC, je ne suis pas là pour faire rêver les athlètes, je fais du business, je ne perds pas mon temps et ne fait pas perdre le leur. Ce que je constate c’est qu’elle tient le rythme des entraînements, elle travaille dure, et même après un mois et demi elle est encore ici alors que d’autres n’ont pas tenu deux semaines. »

    L’image contient peut-être : une personne ou plus

     

    Flore nous confiait à son tour « J’ai confiance en Colin et en son expertise, si il me dit que j’ai le niveau pour y arriver je le crois. Il me demande d’améliorer mon sol, c’est mon point faible mais je progresse énormément avec eux. C’est à moi de tout donner cette année. Je n’ai pas eu une année facile en 2018 mais là je veux prouver que l’on peut y arriver. Il faut mettre son égo de côté et bosser, bosser et bosser »

    Par contre, Flore garde la tête sur les épaules et passe actuellement aussi des diplômes ?

    Exact ! Flore rentre sur Tahiti le 30 Avril pour un mois. Car elle doit passer son examen fédéral, le BF1 avec Daniel Ray le directeur technique de la FPLDA. Le MMA fait partie des disciplines associées à la FPLDA. Hiro Lemaire et toute l’équipe du bureau fédéral travaillent actuellement au développement de la discipline et des projets sont en cours pour être affilié plus sérieusement à des organisations internationales comme l’IMMAF, la fédération mondiale de MMA Amateur.

    Pour Flore « C’est évident et important de me former et de passer mes diplômes. Déjà c’est être responsable jusqu’au bout lorsque l’on ouvre une salle, puis de participer à la vie fédérale en amenant mes élèves en compétitions locales pour commencer. Puis, plus tard aux formations et compétitions internationales, merci à toute la FPLDA pour les actions et formations qu’ils mettent en place. Je veux être en charge de la future sélection polynésienne de MMA lorsque nous serons affiliés à l’IMMAF. J’ai eu la chance d’avoir enrichi mes connaissances auprès des meilleurs depuis que j’ai commencé dans des bonnes team, l’important est maintenant de pouvoir transmettre à des jeunes pour qu’ils partent avec une bonne mentalité et un niveau de qualité »

    Après le BF1 de lutte elle vise le BF2 pour arriver au BPJEPS. Elle va également passer le Prévôt, diplôme de Boxe Anglaise en Juin. Puis, Fin Juin début juillet elle repart en camp d’entraînement aux USA, chez Colin Oyama.

    Quelles sont ses principales difficultés actuellement ?

    Sportivement de tenir le rythme. La fatigue pendant les camps d’entrainement chez la Team Oyama est réelle. Flore confiait que « Colin Oyama est très stricte et sait exactement ce qu’il fait, il investit sur les combattants qu’il accepte dans sa team. Il ne perd pas son temps si tu ne fais pas l’affaire, si tu ne tiens pas le coup tu sors. Il a un plan de carrière pour moi et j’ai complètement confiance, c’est un professionnel qui a plus de 10 ans de métier. C’est la loi du sport pro au MMA. La frontière est grande entre l’amateur et le Pro et quand on est en Polynésie on n’a pas forcément conscience de tout ça.»

    « Il faut se rendre compte que ce n’est pas facile tous les jours, je fais des sacrifices pour y arriver, c’est dur, certains combattants vomissent mais quand tu sais ce que tu veux, tu serres les dents »

    L’image contient peut-être : une personne ou plus, chaussures, plein air et nature

    « Il faut être honnête, on ne réussit pas en restant à Tahiti. Un moment le niveau est bloqué, tu tournes avec les mêmes, tu régresses même. Il ne faut pas croire que s’entrainer seul(e) ça aide. Si tu veux vraiment le graal qu’est l’UFC tu dois sparring avec ceux qui sont au top ! J’ai la chance de tourner avec des combattants de l’UFC comme Carla Esparza, classé 10ieme chez les Strawweight. Sparring ou s’entrainer avec plus faible que toi ça ne t’avance à rien, juste à entretenir ton ego ! Quand tu es devant les pros, tu peux vite te jauger et rectifier ce qu’il faut. »

    Quelle est la semaine type d’entrainement de Flore ?

    Lundi à Mercredi :

    Matin :

    • 2h d’entraînement au réveil pour les pro : travail spécifique MMA, drill
    • Nettoyage de la salle
    • Retour fighteur house

    17h : retour salle pour 1h30 de no gi + 1h30 de lutte

    + nettoyage de la salle

    Mardi – Jeudi

    Matin :

    • Entrainement de No Gi propre au MMA que pour les équipes compétiteurs
    • Prépa physique

    Apres midi :

    • 17h30 : travai pao 30min
    • Enchaine avec entrainement MMA compétiteurs ou sparring

    + nettoyage de la salle

    Vendredi : OFF mais nettoyage de la salle le soir quand mêm

    Samedi : TOUTE LA MATINEE Course sur piste spécifique + enchaînement avec sparring

    Dimanche : OFF

    En plus de tout ça Flore se cale 2/3 course à pied dans la semaine pour gérer son poids. Son objectif est de passer en catégorie 115lb (52 kg). La caté en dessous de celle ou elle évoluait depuis le début.

    Et financièrement comment cela se passe ?

    Toutes les dépenses quand tu es sportif pro et que tu es obligée de partir pour ta carrière sont très compliquées à gérer. En plus la particularité du MMA est représentée par les dépenses médicales  et administratives (medical form et immigration). Cela coute très chers.

    Avez-vous un message à faire passer ?

    Que le MMA n’est pas un sport comme les autres. C’est un sport business. C’est un milieu ou rien n’est beau et rose, on se fait vite dépasser par la réalité en restant ici. Il faut vraiment partir pour évoluer dans ce sport. Tant que le MMA n’est pas légalisé on ne peut pas réellement monter une structure adaptée : formation, développement. La FPLDA est vraiment en train de bosser dessus mais ce sont les prémices. Personne ne peut prétendre enseigner et former le MMA ici puisque aucun diplôme n’existe. Pour Flore « qui serait capable de nous former à Tahiti et qui a vraiment le niveau US ? » Il faut qu’on embauche des experts et il faut se rendre compte de la réalité du sport en partant d’ici.

    Il faut d’autant plus règlementer le MMA pour encadrer les jeunes du Fenua. Ce qui se passe à la TV n’est pas représentatif à 100% de ce qu’est ce sport. Il faut bien se rendre compte qu’on ne devient pas tous Mac gregor ! A l’UFC même en préliminaire (en bas des cartes), les combattants gagnent 5 000 $ pour un combat. Et encore !  « J’aimerais que les gens arrêtent de se faire de fausses idées sur ce sport en informant un maximum » indiquait Flore. On veut donc éduquer via le MMA les enfants et ados en perte de repères.

    Des remerciements ? un mot de la fin ?

    Un grand merci à tous nos sponsors et partenaires, Air Tahiti Nui comme toujours, premier partenaire des sportifs polynésiens. Mais aussi Vaima Sport, SPHERE TAHITI FIGHT WEAR, Vaima Fitness, la FPLDA , Jean Eric Energéticien, Karyl Peyrolle, Olivier Gay mon osthéo , l’Annexe Faaa, SPHERE MMA , STC Nutricien, Joseph Pratz , CRYOMANA TAHITI, TAHITI SPORT MANAGEMENT…

    Merci à toutes les personnes qui nous soutiennent sur les réseaux sociaux et dans notre entourage, Familles et amis mais surtout et vraiment toutes les autres personnes : Celles qui nous critiquent, dévalorisent le travail qu’on fait, ne nous prennent pas aux sérieux et les méchants ! (sourires) Ca nous donne encore plus la NIAC ! (rires)

    Retrouvez toutes les infos sur le club de MMA en téléchargeant l’application sur Android SPHERE MMA ou sur Facebook : SPHERE MMA.

    Suivez les performances de nos aito à l’international sur www.sportstahiti.com.


    RAPPEL SUR LE PALMARES DE FLORE HANI

    Avant de se lancer au MMA elle a eu une carrière de boxeuse amateur, plus de 30 combats entre la France et les USA avec la ceinture national des golden gloves féminin. Au MMA elle a 2 victoires en Amateur et 1 défaite en Pro. En boxe Pro elle a 1 victoire.

    Elle a commencé sa carrière de MMA en Australie, avec la Team GameBred Academy à Brisbane. Puis à Paris avec la Team de Fernand Lopez la MMA FACTORY (Head coach de la meilleure salle de MMA de France qui a le célèbre combattant poids lourd de l’UFC Francis Ngannou).

    PALMARÈS

    FULL CONTACT

    2006 | 1e Regionale Provence Alpes Cote d’Azur FRANCE (-66kg)

    2007 | 1e Regionale Provence Alpes Cote d’Azur FRANCE (-66kg)

    BOXE AMATEUR

    2012 | 1e Golden Gloves, Virginia / North Carolina et USA National (-64kg)

    2012 | 1e National Championship (-64kg)

    2013 | 1e Regional Golden Gloves Virginia / North Carolina USA (-60kg)

    2013 | 3e National Golden Gloves Feminine USA (-57kg)

    2013 | 1e Georgia Boxing Games USA (-60kg)

    2013 | 1e Regionale Provence Alpes Cotes d’Azur FRANCE (-60kg)

    2014 | 1e Inter-Regionale FRANCE (-64kg)

    2015 | 1e Regionale et 1e Inter-Regionale FRANCE (-64kg)

    BOXE PROFESSIONNELLE

    2017 | Vainqueur par TKO – Fortitude Prize Fighting AUSTRALIE

    GRAPPLING

    2016 | Exhibition Wrestling Championship Tournament TAHITI

    2016 | Exhibition Tahiti Fighting Championship Grappling Fight

    2017 | 3e Oceania de Lutte TAHITI (-63kg)

    2017 | Vainqueur par décision – Lockdown QLD 36 AUSTRALIE

    MMA AMATEUR

    2017 | Vainqueur par TKO – XFC 30 AUSTRALIE

    2017 | Vainqueur par décision – Tuff n Uff LAS VEGAS

    MMA PROFESSIONNEL

    2018 | Défaite – Made4TheCage USA


     

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »