• Flore Hani : « Le MMA ce n’est pas que donner des coup de poings et de pied avec 3 techniques au sol ! »

    @Flore Hani
    Jeudi 4 septembre 2018 –  « Les gens pensent que le MMA c’est envoyer des coups de poings et de pieds, et connaître trois techniques au sol ! Je voulais vraiment casser cette vision faussée du MMA ! » C’est avec cette idée de promouvoir les Arts Martiaux Mixtes (MMA) que la championne Flore Hani a organisé durant ces vacances 5 stages de MMA sur Tahiti dans différents endroits.
    Avec le concours de nombreux clubs lui ouvrant les portes de leurs salles, le but était de permettre aux gens de s’essayer au MMA en voyant les différentes choses que l’on peut rencontrer dans la pratique de ce sport. « Bien sur ce n’est pas en trois heures que l’on apprend ni même que l’on voit toutes les facettes du MMA mais cela donne une idée plus claire du sport. Comment se font les transitions d’un travail de striking à un travail de lutte, comment cela se passe une fois au sol, la sensation de se retrouver dos à la cage ou bien même d’être en attaque face à quelqu’un qui s’est retrouvé dos à la cage » confiait la championne. Entretien avec Aito Hine :
     
    Ia ora na Hani, raconte nous comment se sont déroulés tes stages ?
    Ia ora na, sur chaque stage j’ai eu environ une dizaine de personnes. Mais étant donné que j’étais seule pour tout vérifier et corriger ce n’est pas plus mal. J’ai pour devise de faire du qualitatif et pas du quantitatif. J’ai eu pas mal de femmes sur certains stages, et au niveau des participants masculins j’ai eu beaucoup de jeunes hommes. Je pense qu’en Polynésie les hommes restent avec des à priori d’apprendre le combat par une femme. Heureusement, avec les jeunes générations cette mentalité change progressivement.
    Qu’est ce qui t’a motivé à le faire ?
    C’est en commençant à donner des cours en semaine à la salle Fight System à TIPAERUI et aussi à Vénus judo à Mahina. J’ai un public de jeunes hommes et de femmes. J’ai vraiment l’intention de rendre ce sport plus abordable et de pouvoir former des athlètes à partir combattre sur des circuits amateurs ou même plus tard comme moi en professionnel. La fédération de lutte travaille dans ce sens, on tente d’affilier la Polynésie à l’IMMAF afin de pouvoir envoyer des athlètes sur les circuits amateurs à l’avenir. Ce sont des projets mais j’ai bien l’intention de faire bouger les choses. Pour l’instant je compte développer mon association SPHERE MMA et continuer à donner des cours. J’ai également le projet de faire une fois par mois une session vahine workout only, suite au stage vahine warrior workout que j’avais organisé en mai en partenariat avec l’OPT et BE EQUIPED j’avais vu un engouement et une motivation auprès des femmes pour refaire des sessions. J’aimerai faire venir des intervenants extérieurs pour des stages aussi. Beaucoup de projets mais il faut beaucoup de patience et de travail et on ne réussit jamais rien seule donc il faut bien s’entourer.
    Actuellement ou en es tu de ta carrière professionnelle ?
    A l’heure actuelle je suis loin d’avoir atteint mes objectifs. Mais c’est très difficile. J’avais signé un contrat avec Invicta qui se retrouve en suspens pour des raisons de VISA ; le gouvernement américain bloque le processus de visa et Invicta doit justifier que je vaux mieux qu’une athlète américaine pour être sous contrat avec eux. En gros, ils m’ont demandé de combattre encore et d’essayer de ramener des titres si bien en MMA qu’en boxe afin de faire pencher la balance pour le visa. Rien n’est simple, c’est un combat de tous les jours et pour tout. Sans compter la difficulté à se faire placer sur des cartes à l’international car les promoteurs veulent que vous vendez des tickets, quand vous n’êtes pas d’un endroit c’est compliqué de vendre des tickets. C’est un cercle vicieux. Mais je ne baisse pas les bras.
     
    Tes prochains objectifs ?
    A l’heure actuelle je suis en attente pour un combat de MMA en Australie en novembre et un combat de boxe en Nouvelle-Zélande également. Pour l’instant, rien n’est concrétisé., j’attends. Je souhaite vraiment combattre avant la fin de l’année en MMA mais aussi en boxe anglaise car je veux accéder à un combat pour un titre au niveau Asie-Pacifique.
    Un mot de la fin ?

    Je tiens à remercier mes sponsors qui me suivent de près et me soutiennent et sans qui je ne pourrais pas faire tout ce que je fais : ATN, DFM auto, Vaima Sport, STC nutrition,et bien sur Tahiti Sport Management mais aussi les sponsors pour mon bien-être : Karyl mon physio, Olivier mon Ostheo, Cryomana et Jean Eric Romei, énergeticien.

    Enfin Flore, qu’elle serait ton conseil pour les filles qui souhaitent se mettre au MMA ?
    Mon conseil pour les filles qui voudraient faire du MMA et bien déjà arrêtez d’avoir peur et osez rentrer dans une salle pour aller s’entraîner ! Être une fille n est pas une fatalité, si on veut s’entraîner on y va et puis c’est tout ! Les garçons ne vont pas vous malmener. Je pense qu’il faut arrêter de se cloisonner dans sa tête en se disant je suis une fille… on est en 2018 ! il est temps de réaliser que le monde évolue.
    Suivez l’actualité sportive du Fenua sur www.sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »