• CrossFit : Les frères Jack et Matahi, du crossfit à l’haltérophilie

    Vendredi 21 Juin 2019 – On ne parle pas d’eux et pourtant… Ces deux frères, humbles et discrets, voient leurs performances évoluer depuis quelques années. Ils ne sont pas si différents de nous, en quelques sortes. Pas encore bien connu des réseaux sociaux, Jack et Matahi, s’entraînent et se préparent ardemment en suivant le programme proposé par Ben Bergeron. Il passe entre 1h et 3h à la box CrossFit Varua. Entre l’échauffement musculaire, le renforcement et le rythme intense des séances. Rencontre avec Matahi et Jack Tahiaipuoho.

    Leur dernier podium.

    Matahi, quand tu penses « sélection » quel est ton degré de nervosité ?

    «  Je suis nerveux de manière productive, j’ai envie de me dépasser. Je sais que le « level » international est largement plus élevé qu’ici donc étant donné que nous sommes en progression, je me sers de ce stress pour pousser plus loin mes capacités. »

    S’étant qualifiés pour les alpha games en 2017, ils souhaitent renouveler l’expérience de « s’exporter à l’étranger ». Ils réitèrent alors cette démarche avec plus d’engouement que précédemment.
    « cette compétition nous a donné envie de nous essayer avec des athlètes d’autres horizons »

    Dans votre préparation pour les Alpha games en 2017, vous étiez confiants ?

    « Notre team matinale nous permet de conserver un rythme soutenu, on cherche l’intensité du programme Bergeron, on respecte les charges, on améliore nos time et surtout on se challenge, ça c’est ce qui rend confiant. »

    En 2018, ils cumulent donc les entraînements sportifs afin de maintenir leurs classements. Leur dernier podium fût leurs la 2ème place en catégorie élite au mémorial Boris Léontieff.

    Quelle fréquence de training vous adoptez pour les futures qualifications ?

    « Nous avons tenté plusieurs qualifications depuis janvier, ça nous fait réaliser le chemin qu’il nous reste à parcourir. Donc nous nous entraînons 2 fois par jour, le matin on fait le programme et l’après-midi on retourne s’améliorer, faire de nouvelles performances ou juste renforcer.

    Dans cet élan les frères se qualifient alors en haltérophilie, ils partiront donc en juillet à Apia, Samoa pour les Jeux du pacifique. Les entraînements se diversifient et ils doivent chercher plus lourd tout en restant endurant, souple et rapide, les 3 grandes propriétés du crossfit.

    Tout le monde commence quelque part, ces 2 jeunes hommes ont grandi à Taunoa, issu d’un milieu modeste, ils font comme beaucoup de jeunes en 2014, un peu de sport avec les collègues, l’un en bodyboard et l’autre à la musculation.

    Jack, l’ainé de la fratrie, nous explique comment tout a commencé :

    Je faisais de la musculation, un exercice par muscle, c’est bien par ce que tu peux cibler l’évolution et développer la puissance de chaque membre. On faisait des petites compétitions entre nous en bench press (développé couché), on mesurait notre « force », à l’époque je pesais 114 kg. Puis un jour j’ai juste voulu essayé… puis je n’ai plus voulu m’arrêter… quand j’ai commencé c’était difficile, surtout avec ma condition physique. Mais j’ai trouvé ce sport plus complet, je découvrais des nouveaux mouvements qui eux sollicitaient plus de muscles en une seule fois et aussi j’ai commencé à perdre du poids, avec la patience et la volonté on peut arriver à faire beaucoup de chose. Aujourd’hui, je fais du crossfit, je cherche l’effort maximum, je souhaite parvenir à me sélectionner à de nombreuses compétitions à l’étranger. Entre temps la vie continue, je suis papa d’une petite fille de 4 ans et je suis champion en haltérophilie dans ma catégorie (-96kg) d’ailleurs on part bientôt à Apia pour les jeux du Pacifique. »

    D’un coté nous avons l’ainé, sage et inspirant et de l’autre, Matahi, un cadet plein d’ambition et de potentiel qui comme son frère, un jour « a voulu essayé ».

    Il se confie : « quelques fois après l’école, j’allais voir mon frère s’entrainer, puis un jour j’ai voulu essayer. C’est devenu intense. Je ne voyais plus les mouvements quotidiens de la même manière. C’est comme une addiction, le lendemain tu veux y retourner, pour faire mieux. L’exemplarité et la persévérance de mon frère m’ont permis de m’améliorer rapidement. Quand tu débutes, tu penses que l’objectif c’est d’aller vite et de porter lourd. Moi je ne chargeais pas mes barres et je n’étais pas à l’aise en gymnastique. J’essayais, je tombais. Ça m’a pris du temps et du muscle avant de construire cet état d’esprit. Aujourd‘hui ça fera 5 ans que je me lève le matin et que j’ai envie de faire mieux. C’est ça mon but dans la vie, d’avoir envie de s’améliorer de jour en jour. Moi c’est là que je trouve ma motivation quotidienne. »

    Dernièrement sélectionnés pour les jeux du Pacifique et chacun champions dans leurs catégories (Matahi -81gk et Jack -96 kg), les deux frères feront tout pour décrocher une médaille pour le Fenua.

    Retrouvez les portraits de vos sportifs préférés sur www.sportstahiti.com.

    imoorea

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »