• Course à Pied : Frédéric Tête premier à New-York

    « Il est toujours magique de courir à New York! » confiait Frédéric Tête lors de sa victoire à New-York ce week-end sur une course à pied de 15 kilomètres, en 54’15 », dans le quartier de Brooklyn. Il a bluffé tout le monde, coureurs et spectateurs lors de la remise des récompenses vêtu des couleurs d’Air Tahiti Nui ! Retour avec lui sur cette aventure :

    « Étant logé dans le quartier de Time Square, j’ai pris le métro à 6h00 du matin et il était amusant et atypique de croiser des fêtards de la nuit sortant de boîtes alors que je suis en tenue de sport pour participer à une compétition!

    Le départ est donné à 7h30, la température est de 4 degrés!! J’ai ajouté un t-shirt à manches longues sous ma trifonction, je porte également des gants et un bandeau sur les oreilles. Malgré tout, le vent fort est glacial et les minutes qui précèdent la course sont difficiles!

    Le départ est donné et je peux enfin me réchauffer en adoptant une foulée rapide. Nous sommes un petit groupe de 3 de front aux avant-postes. Après environ 2 kilomètres, un de mes compères accélère dans une descente, je peux rester à ses côtés mais l’autre coureur décroche. 

    Mon adversaire court de façon très irrégulière (à la Kényane!), ce qui est très perturbant. À plusieurs reprises il perd un ou deux mètres puis accélère et passe devant moi. Cependant lorsque nous sommes à la même hauteur, je constate que sa respiration est plus forte que sur les premiers kilomètres. Le parcours est un peu vallonné et le revêtement est uniquement du goudron, ce que j’adore! Vers le 6ème kilomètre, je décide donc d’attendre un moment où il est en retrait pour placer une accélération dans un faux plat descendant. Je me dis que c’est à mon tour d’imposer mon rythme et je me fais plaisir car mes sensations sont bonnes. Mon attaque est réussie car mon adversaire n’arrive pas à suivre mon allure, je le sens décrocher petit à petit. J’évite de me retourner et je maintiens la pression pendant quelques kilomètres. Le trou est fait et heureusement car je sens que j’ai ensuite quelques passages à vide dus à la fatigue, mon attaque m’a également fait du mal! Le dernier kilomètre est très difficile car j’ai de grosses contractures dans les mollets et je suis obligé de modifier ma foulée sur les derniers hectomètres. Malgré tout le second ne reviendra plus et je termine mon 15 kms en 54’15 », 1’40 » devant le deuxième.

    Je suis bien sûr satisfait de ma course, il est toujours magique de courir à New York! »

    Suivez les performances de nos aito à l’international sur www.sportstahiti.com.

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »