• Boxe thaïlandaise – « Aito Nui 2017 » : 14 nouveaux champions de Polynésie

    Lundi 17 décembre 2017 – Le « Aito Nui » s’est déroulé ce samedi à la salle Louis Babo Aitamai, à Fautaua. Au programme, il y avait 22 combats, 10 dans la catégorie des « light contact » et 12 dans celle des amateurs. En amateur, parmi les sept vainqueurs, on a vu Eddy Bellais, Tinirau Tauraatua ou encore Taitorai Uuura décrocher la ceinture de champion de Polynésie.

    Dans la catégorie phare des amateurs, Eddy Bellais a arraché la victoire à Benoit Raja lors d’un combat très serré. Chez les moins de 86 kg, Tinirau Tauraatua de l’AS team 12 s’impose face à Nariki Teavai.Chez les moins de 91 kg, Taitorai Uuura l’emporte contre Herman Mao Chee,

    Dans la catégorie des « light weight », James West a vaincu Havaiki Tehei en finale après être venu à bout de Tereva Scholerman en quart de finale. Le combat a démarré fort, mais après les deux premiers round, la fatigue se faisait sentir chez le futur vainqueur. C’est au combat rapproché qu’il a réussi à tirer son épingle du jeu.

    James West, combattant light weight :

    « C’était la première fois que je combattais avec un gars comme ça. Au niveau technique, il balançait beaucoup de « high kick », de coups de pied à la tête. Son jeu de jambes était très bien. J’ai trouvé que sa boxe était son point faible. J’ai mieux réussi à le toucher au corps à corps, et à placer les genoux en clinch. Je pense que c’est ma détermination qui a fait la différence. Je devais représenter mon club et les gens qui me soutiennent. Au niveau physique , j’ai su gérer le premier et le deuxième round, mais j’ai trouvé également qu’il avait plus de souffle que moi. Pour compenser, j’ai travaillé mon mental. J’ai donné tout ce que j’avais. »

    En « light Weight », Olivier Bertreux, 45 ans, affrontait le jeune Ariihere Teaku chez les moins de 75 kg.

    Olivier Bertreux,

    « Je suis le plus vieux de la compétition parce que j’ai 45 ans j’ai eu une dérogation de mon médecin pour la faire. C’est mon premier combat donc je suis content dans tous les cas de l’avoir fait. Je reconnais que mon adversaire a été quand même supérieur. Le côté « Light » a été un peu sous-estimé parce que j’ai trouvé que ça frappait fort, mais je suis très content en tout cas. » 

    Pour les combattants confirmés, le Aito Nui est surtout une fenêtre vers une potentielle expérience à l’étranger. La Fédération promet en effet d’envoyer ses meilleurs champions de Polynésie aux grands rendez-vous amateurs internationaux. Ainsi, les vainqueurs auront peut-être l’opportunité de combattre pour les championnats du monde IFMA 2018 au Mexique. « Il ne faut pas se leurrer, les combats à l’international comme les championnats du monde sont d’un niveau au dessus de ce qu’il se passe ici. » confie Roland Darrouzes, président de la Fédération Polynésienne de Muay Thaï entre deux combats, mais tout est possible, surtout lorsque l’on se remémore les Jeux d’Asie où un certain Eddy Bellais n’a pas démérité face au numéro 1 mondial amateur, ou encore Anna Yu Yue Chong, qui a tenu tête à championne vietnamienne.

    La Fédération prépare d’autres évènements internationaux. Une rencontre avec les îles Cook est en préparation pour mars.

    Retrouvez les résultats complets ICI.

    Notre galerie photos :

    Le sport au Fenua, c’est sur www.sportstahiti.com.

     

     

    Rejoindre la discussion

    arrow
    Translate »